« Wonder Woman 1984 » : Le film ne verra pas le jour au cinéma et sortira en VOD et DVD

CINEMA Le film réalisé par Patty Jenkins sera disponible à l’achat sur Internet dès la fin du mois de mars

20 Minutes avec AFP
— 
Gal Gadot dans «Wonder Woman 1984».
Gal Gadot dans «Wonder Woman 1984». — Copyright 2018 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. / Clay Enos/ ™ & © DC Comics

Pas de bamboche au cinoche pour Wonder Woman 1984. Le film consacré à la superhéroïne ne connaîtra pas de diffusion dans les salles obscures en France à cause de la crise sanitaire. Vendredi, Warner Bros a annoncé que le blockbuster dans lequel Gal Gadot est en tête d’affiche serait disponible en ligne, sur support physique et sur Canal +.

Le film aurait dû sortir originellement fin 2020, et les salles de cinéma misaient gros dessus. Mais les cinémas ont finalement dû rester fermés en raison de la pandémie. En France, où des centaines de films sont en souffrance en attendant la réouverture des salles, les règles de la chronologie des médias empêchent un film déjà diffusé à la télévision, en ligne ou en DVD, de sortir au cinéma. La major hollywoodienne a donc préféré renoncer au grand écran et privilégier une sortie « le 31 mars en achat digital », sur plusieurs sites, puis le 7 avril « en VOD, DVD, Blu-Ray » notamment, ainsi qu’une « diffusion prochaine et en exclusivité sur Canal+ ».

Un premier volet à 800 millions de dollars

Après un premier opus qui avait rapporté plus de 800 millions de dollars en 2017, ce deuxième volet, d’une durée de deux heures et trente minutes, est à nouveau confié à la réalisatrice américaine Patty Jenkins et à l’actrice israélienne Gal Gadot. Cette dernière renfile le costume aux couleurs de la bannière étoilée, et revient en 1984, dans l’Amérique du consumérisme triomphant. Elle mène une vie anonyme et tranquille, jusqu’à ce que les évènements l’obligent à chevaucher à nouveau la foudre. Armée de son lasso de vérité, elle doit rétablir la paix, la justice et éviter l’apocalypse.

Warner Bros n’est pas la seule major à devoir composer avec la pandémie. Universal, de son côté, a fait la semaine dernière une croix sur le premier semestre en modifiant les dates de sortie d’une série de films (Les Croods, Fast and Furious, les Minions). Blockbuster le plus attendu par les salles, le James Bond Mourir peut attendre, dont la sortie fait figure d’arlésienne pour le cinéma mondial depuis des mois, est toujours officiellement prévu pour le 6 octobre 2021.