Box-office: « Demon Slayer » en passe de détrôner Ghibli et devenir le film numéro 1 au Japon

BOX-OFFICE Déjà un phénomène de librairie, le manga « Demon Slayer » s'apprête à devenir le plus gros succès de tous les temps au box-office japonais avec son film animé

20 Minutes avec AFP

— 

Phénomène de librairie, le manga « Demon Slayer » est en train de casser le box-office japonais avec son adaptation animée
Phénomène de librairie, le manga « Demon Slayer » est en train de casser le box-office japonais avec son adaptation animée — Hiroshi Adacghi/AP/SIPA

Après avoir chamboulé l’industrie du manga, et titillé One Piece, Demon Slayer s’attaque maintenant au cinéma. Son adaptation animée est en effet en passe de battre le record de recettes en salles au Japon, détenu par Le Voyage de Chihiro du Studio Ghibli. Malgré la pandémie, le succès du film ne se dément pas depuis sa sortie mi-octobre, et talonne actuellement le chef-d’œuvre de Hayao Miyazaki, après avoir dépassé le Titanic de James Cameron.

Mais les jeux ne sont pas faits. Un rebondissement quasi-hollywoodien vient de perturber l’ascension inexorable du nouveau venu : mardi, les recettes du Voyage de Chihiro au box-office nippon ont été réévaluées à la hausse pour tenir compte de sa ressortie en salles cet été. Avec 31,7 milliards de yens (252 millions d’euros) de recettes, Le Voyage de Chihiro garde ainsi son trône pour l’instant, alors que Demon Slayer, toujours en salles, affichait 30,3 milliards de yens lors de la dernière mise à jour du classement du box-office lundi.

Un phénomène au cinéma, à la télé et en manga

Demon Slayer raconte l’histoire de Tanjiro, un adolescent vivant au Japon à l’ère Taisho (1912-1926), qui devient chasseur de démons après le massacre de sa famille par ces créatures assoiffées de sang humain. L’oeuvre combine le parcours initiatique du héros, un thème récurrent des mangas pour adolescents, avec des valeurs positives comme l’amour fraternel, l’amitié et la lutte du bien contre le mal.

Le manga original, publié dans l’hebdomadaire Weekly Shonen Jump de 2016 à 2020 (et toujours en cours en France chez Panini), a encore gagné en popularité avec la diffusion en 2019 d’une adaptation en série animée. Puis ses ventes en librairie se sont envolées au printemps dernier, quand la population japonaise était appelée à rester chez elle à cause de la pandémie. Selon l’institut de recherche Dai-ichi Life, la franchise aurait déjà généré 270 milliards de yens (2,1 milliards d’euros) en prenant en compte entrées en salles, ventes de mangas et produits dérivés.