« Soul » : Le réalisateur Pete Docter offre un supplément d’âme au cinéma d'animation

DISNEY+ Le réalisateur de « Vice Versa », Pete Docter, livre un conte jazzy, philosophique et généreux avec « Soul », disponible à partir du 25 décembre sur Disney+

Caroline Vié

— 

«Soul» de Pete Docter et Kemp Powers
«Soul» de Pete Docter et Kemp Powers — Disney+/Pixar
  • « Soul » raconte comment un musicien prématurément décédé revient sur Terre pour poursuivre sa carrière.
  • Pete Docter, le réalisateur de « Vice Versa » et de « Là-haut », célèbre dans ce film New York et le jazz.
  • Son film, superbe, est auréolé du label du Festival de Cannes 2020.

Soul de Pete Docter et Kemp Powers émeut en racontant comment un pianiste de jazz prématurément décédé tente de revenir sur Terre afin de poursuivre sa carrière qui semblait enfin décoller. Le nouveau film d’animation des studios Pixar aurait dû sortir en salle auréolé du label du Festival de Cannes. Il ne sera finalement disponible que sur la plateforme Disney+, à partir du 25 décembre.

« C’est un hommage au jazz et à New York », explique Pete Docter à 20 Minutes. Rarement la Grosse Pomme a été aussi bien représentée dans un film d’animation où les deux cinéastes montrent la ville dans toute sa diversité. Un vrai bonheur pour les amoureux de la Ville qui ne dort jamais que ce poème musical autour d’un musicien mal dans sa peau qui cherche un sens à sa vie.

Jazz et images font bon ménage

« Le cinéma d’animation a fait bon ménage avec le jazz dès ses prémices. Cette musique rythmée était alors idéale pour caler des images. Nous avons perpétué cette tradition », précise Peter Docter en citant les courts-métrages de Betty Boop dans les années 1930 ou Le Livre de la jungle (1967) des studios Disney. Et même si c’est un cliché, qui dit « jazz » pense souvent « noir ». Peter Docter et Kemp Powers ont immédiatement décidé que leur héros serait Afro-américain. « Il devait donc fréquenter des endroits qui lui correspondent, raconte Kemp Powers à 20 Minutes. Nous avons donc mis un point d’honneur à montrer New York dans toute la diversité de sa population. » Que ce soit chez le coiffeur, à l’épicerie ou dans la rue, le protagoniste double par Jamie Foxx en anglais et Omar Sy en français.

Du côté du purgatoire dont le héros s’échappe accompagné d’une petite âme bavarde qu’il doit guider sur Terre, les choix ont été différents. « On s’est offert un véritable espace de liberté graphique qui devait contraster avec la réalité new-yorkaise », déclare Peter Docter. Ce n’est pas la première fois que le réalisateur oscarisé de Vice Versa et de Là-haut, aborde des sujets graves comme les émotions et la mort dans ses œuvres. « Je reconnais volontiers qu’il y a un côté métaphysique dans Soul, avoue-t-il. Le plus difficile était de demeurer accessible à toutes les tranches d’âge. » Cette belle histoire superbement animée est digne des studios Pixar qui l’ont vue naître. Tant pour sa forme pour son fond, Soul est un grand film d’animation qui sait tout autant faire réfléchir et divertir.