« Black Beauty »: Une adaptation de « Prince Noir » très à cheval sur le bien-être animal

DISNEY+ La relation fusionnelle entre une adolescente et une jument est au centre de « Black Beauty » disponible sur Disney+ à partir de vendredi

Caroline Vié

— 

Mackenzie Foy dans «Black Beauty» d'Ashley Davis
Mackenzie Foy dans «Black Beauty» d'Ashley Davis — Disney+
  • « Black Beauty » rajeunit « Prince Noir », classique de la littérature pour la jeunesse de 1877.
  • Cette histoire d’amitié a été féminisée et transposée à notre époque.
  • La réalisatrice souhaite que son film aide à mieux comprendre et traiter les chevaux.

Prince Noir, classique de la littérature pour la jeunesse d’ Anna Sewell paru en 1877, a pris un sacré coup de jeune avec Black Beauty d’Ashley Avis. Les aventures d’un mustang et des humains qu’il côtoie se sont féminisées et transposées à notre époque. Une superbe jument (dont Kate Winslet double la voix en anglais) et une adolescente incarnée par MacKenzie Foy nouent une relation privilégiée dans ce conte aux images superbes.

« Le livre a contribué à améliorer le traitement de chevaux à son époque, précise Ashley Avis à 20 Minutes depuis Los Angeles où elle nous parle en visioconférence. J’aimerais que Black Beauty puisse aussi aider à mieux faire prendre conscience que ces animaux sont des êtres sensibles qu’on doit respecter. » Le fait que la jument commente les péripéties en voix off aide les spectateurs à prendre fait et cause pour son ressenti. Déjà portée quatre fois à l’écran depuis 1921, cette histoire d’amitié est toujours aussi riche en émotions. « Même quand on n’a jamais approché de chevaux, on peut comprendre à quel point un animal peut se révéler une source de réconfort. Ce thème est indémodable », précise la cinéaste.

Une jument traitée comme une star

Ashley Avis, qui pratique l’équitation depuis son enfance et arbore un cheval doré en pendentif, a été particulièrement attentive au traitement des animaux sur le tournage. « Les comédiens, que ce soit Mackenzie Foy ou Iain Glen qui incarne son oncle, ont pris le temps de connaître Jenny, la principale jument du film. Il était important que leurs rapports soient crédibles dans la vie pour sembler naturels à l’écran. » Plusieurs chevaux ont incarné Black Beauty pour ne pas épuiser Jenny mais les substitutions sont totalement invisibles pour le public. « On la traitait comme une star, s’amuse Ashley Avis. Ce qui est la moindre des choses quand on fait un film pour promouvoir le bien-être des animaux. »

Enregistrement dans une grange

Si elle a été la première à s’engager dans le projet, Kate Winslet n’a enregistré sa voix off qu’après la fin des prises de vues. « En raison du confinement, nous ne nous sommes jamais croisées physiquement, reconnaît Ashley Davis. Mais je dois avouer que j’ai souri quand elle a dû faire son enregistrement dans sa grange. Rien à voir avec un caprice d’actrice : c’était le seul endroit de sa propriété où sa connexion Internet était suffisante. » Sa narration délicate a de quoi faire le bonheur des anglophones et donner une raison supplémentaire d’avoir envie de chevaucher en compagnie de Black Beauty.