« Belmondo a tendance à zapper quand il se voit à la télé », raconte son ami Jeff Domenech

STAR Jeff Domenech, ami de l’acteur depuis 2007, a signé deux documentaires passionnants sur Belmondo, l’un sort le 4 novembre en DVD, l’autre sera diffusé le 10 sur Paris Première

Caroline Vié

— 

Jeff Domenech et Jean-Paul Belmondo
Jeff Domenech et Jean-Paul Belmondo — Collection Jeff Domenech
  • Deux documentaires diffusés en novembre, « Toujours pas… A bout de souffle » et « Belmondo l’influenceur », permettent d’en savoir plus sur Bébel.
  • Jeff Domenech donne de bonnes nouvelles de l'acteur et confie à « 20 Minutes » la passion de Jean-Paul Belmondo pour le 7e Art.

Jean-Paul Belmondo et sa filmographie sont à l’honneur sur Netflix mais pas seulement. Jeff Domenech, ami de Bébel depuis 2007, a mis la star en vedette de deux documentaires passionnants. Toujours pas… A bout de souffle, disponible sur le blu-ray de la version restaurée de A bout de souffle de Jean-Luc Godard (chez Studio Canal le 4 novembre) et Belmondo, l’influenceur, diffusé sur la chaîne Paris-Première le 10 novembre.

« Jean-Paul est le premier des Avengers. Il est plus grand que les autres acteurs. C’est le James Dean français », confie le comédien Antoine Duléry à Jeff Domenech dans l’un des docus. Jeff Domenech ne dira pas le contraire : il a passé le confinement du printemps en compagnie de Jean-Paul Belmondo qui a accueilli le réalisateur cannois alors qu’il tournait ses documentaires à Paris et ne pouvait rentrer chez lui.

Confiné et fêté

« Jean-Paul a passé son confinement à lire la presse et à voir de vieux films, confie Jeff Domenech à 20 Minutes. Ce qu’il doit faire de nouveau aujourd’hui, entouré de sa famille. » Le 9 avril, lors du premier confinement, Belmondo a fêté ses 87 ans et Jeff Domenech lui a fait une belle surprise : un film de quarante minutes rempli de vœux de stars. On peut d’ailleurs en voir un court extrait dans Belmondo l’influenceur où Mickey Rourke lui fait un petit coucou. « Il ne faut pas oublier que Jean-Paul a eu une carrière très variée, qui va de Jean-Luc Godard ou  Alain Resnais à de gros succès populaires, précise Jeff Domenech. Il a aussi touché de grands noms américains » comme Quentin Tarantino ou Edward Norton qui clament haut et fort leur admiration dans le documentaire.

Toujours cinéphile

Jean-Paul Belmondo n’aime pas revoir ses films : « il a tendance à zapper quand il tombe sur l’un d’eux à la télé », raconte Jeff Domenech. Il a tout de même revu Les mariés de l’an II de Jean-Paul Rappeneau et Le Corps de mon ennemi d’Henri Verneuil pour faire plaisir à son ami qui souhaitait les revoir avec lui. « Il ne se prend pas au sérieux et aime bien que je le taquine sur les films moins aboutis de sa filmographie, comme Amazone de Philippe de Broca. Il me dit alors que ses films sont comme ses enfants et qu’il ne peut en renier aucun. » Le duo a revu des œuvres anciennes mais aussi des films plus récents dans lesquels il ne joue pas comme La Belle époque de Nicolas Bedos et Les Misérablesde Ladj Ly. « Il a beaucoup aimé les deux, insiste Jeff Domenech. Notre relation est basée sur l’échange car chacun fait découvrir à l’autre ce qu’il apprécie. » Le mois dernier, ils sont allés voir ensemble Adieu les cons d’Albert Dupontel que Bébel a adoré.

Adoubé par Bébel

Jean-Paul Belmondo apprécie les deux documentaires de Jeff Domenech que celui-ci lui a permis de découvrir au fur et à mesure du montage. « Je suis fier qu’il en soit content car il n’est pas du tout du genre à vous féliciter par simple amitié s’il n’apprécie pas ce que vous faites. » Jean-Paul Belmondo sera devant sa télévision pour revoir Belmondo l’influenceur. « Il sait qu’il restera plus dans la postérité pour A bout de souffle que pour Les Morfalous, s’amuse Jeff Domenech. Et dire qu’il pensait que le film de Godard, qu’il jugeait trop fantaisiste, ne serait jamais distribué ! » Jeff Domenech espère maintenant pouvoir retrouver vite son ami après le confinement et il réfléchit à une exposition qui sera consacrée à Bébel. « Jean-Paul Belmondo, comme Louis De Funès, est de ces acteurs qui font du bien aux gens en leur rappelant une époque plus sereine que celle que nous vivons », estime le réalisateur dont les documentaires, aussi joyeux qu’instructifs, font le même effet au spectateur.