« Garçon chiffon » : Qui est ce personnage créé au cinéma par Nicolas Maury ?

FEEL GOOD Nicolas Maury, connu comme acteur de la série « Dix pour cent », se met en scène dans le touchant « Garçon chiffon » en salle ce mercredi

Caroline Vié

— 

«Garçon chiffon» de et avec Nicolas Maury
«Garçon chiffon» de et avec Nicolas Maury — Les Films du Losange
  • Nicolas Maury signe un premier film sensible et réussi.
  • « Garçon chiffon » émeut en brossant le portrait d’un homme blessé qui se reconstruit.
  • L’acteur et réalisateur s’est inspiré d’un surnom que lui donnait sa mère pour le titre de son film.

Nicolas Maury est connu du grand public pour son rôle d’Hervé, assistant d’un agent de comédiens aux répliques qui tuent dans la série Dix pour cent. Avec Garçon Chiffon, soutenu par le label Cannes 2020, l’acteur se dirige dans son premier long-métrage avec un talent des plus prometteurs.
« Chiffon, c’est le surnom que me donnait ma mère parce que je suçais mon pouce et que je traînais un gros coussin sur lequel je m’endormais partout et qui, avec le temps, avait fini par devenir un tout petit morceau de tissu, raconte-t-il à 20 Minutes. Le héros, c’est évidemment un peu moi»

Pour autant, Nicolas Maury s’est écrit un rôle qui ne lui ressemble pas forcément. Il joue ici un acteur au chômage avec une vie sentimentale en lambeaux qui trouve refuge chez sa maman possessive que campe Nathalie Baye.

Un être qui se regarde

« Je me suis demandé ce que cela signifiait d’être un « garçon chiffon », une expression que je trouvais plus jolie que « garçon fragile », insiste Nicolas Maury. Un être qui prend conscience de ses nombreuses déchirures, qui en souffre constamment, mais qui peut se recoudre et aller de l’avant dès lors qu’il leur fait face. »

Jérémie, son personnage, se révèle aussi attachant qu’agaçant dans la façon dont il tire constamment la couverture à lui. Son hypersensibilité le rend difficile à vivre pour ses proches (incarnés par Laure Calamy, Jean-Marc Barr et Arnaud Valois). « Je ne suis pas aussi égocentrique que lui, précise Nicolas Maury. Mais je reconnais que je peux être exigeant avec mon entourage. »

Un être qui se recoud

Le cheminement de son héros le conduit vers la paix par petites touches tendres. « Il balaye les rapports entre hommes traditionnels pour créer un nouveau programme de douceur dans lequel la sexualité n’est pas essentielle », raconte Nicolas Maury. Le « garçon chiffon » finit par trouver sa voie en entraînant le spectateur vers un avenir profondément optimiste. « C’est un film qui a pour mission de faire du bien et d’apprendre à vivre sa vie en étant bienveillant envers soi-même », précise Nicolas Maury. C’est l’impression qui se dégage ce premier film prometteur : Nicolas Maury panse ses plaies et celle du public avec ce Chiffon aussi doux que réconfortant.