« Les Aventures d’Olaf » : Le bonhomme de neige de « La Reine des neiges » révèle ses origines

ANIMATION L'origine du petit héros de « La Reine des neiges » est retracé dans le court-métrage « Les Aventures d’Olaf », disponible dès vendredi sur Disney+

Caroline Vié

— 

«Les Aventures d'Olaf» de Trent Correy et Dan Abraham
«Les Aventures d'Olaf» de Trent Correy et Dan Abraham — Disney+
  • « Les aventures d’Olaf » est un court-métrage qui révèle les détails de la naissance du petit bonhomme de neige.
  • L’action du film se déroule pendant « La Reine des neiges ».
  • Les créateurs ont considéré le personnage comme un enfant facétieux et innocent.

 

Depuis La Reine des neiges en 2013, bien des spectateurs sont tombés amoureux d’ Olaf le bonhomme de neige créé par Josh Gad en anglais et doublé par Dany Boon en français. Le compagnon glacé mais chaleureux d’Elsa et Anna est le héros des Aventures d’Olaf, court-métrage de Trent Correy et Dan Abraham, disponible sur Disney+, ce vendredi.

« L’originalité de ce petit film est qu’il peut s’insérer dans l’action de La Reine des neiges. Il peut amuser les fans des longs-métrages qui pourront le replacer dans le contexte mais donner envie de découvrir cet univers à des spectateurs qui n’en sont pas familiers », explique Peter Del Vecho, producteur du court et des deux longs-métrages. On y découvre comment le petit héros a vécu les premières minutes de sa vie après avoir été réveillé par Elsa. « Quand Olaf dit aimer les câlins, on voudrait que le spectateur souhaite l’embrasser », reconnait-il.

Un côté enfantin

« Les gens aiment Olaf parce qu’il se conduit comme bon lui semble, avec l’innocence de la petite enfance, et c’est ce que nous avons recherché dans cette histoire », explique le réalisateur Dan Abraham qui a travaillé sur les deux opus de la Reine des Neige comme animateur. Le côté gamin d’Olaf est mis en avant quand il découvre le monde qui l’entoure et qu’il doit se sélectionner un nez parmi les objets qui l’entourent. « Olaf a gardé la personnalité généreuse de Josh Gad qui fait que tout le monde a envie de l’avoir pour copain », insiste le coréalisateur Trent Correy dont le bureau est encombré de peluches du héros visibles pendant l’interview en visio-conférence avec 20 Minutes.

L’animation des débuts

Amusants pour les spectateurs de tous les âges, les délires du petit Olaf ont posé de sérieux problèmes aux créateurs. « Le plus difficile a été de retrouver l’animation moins sophistiquée d’un premier film, s’amuse Dan Abraham. Comme nous révélons les origines d’Olaf, il fallait qu’il conserve un aspect maladroit d’un être pour qui tout ce qu’il voit est merveilleux. » Les réalisateurs ont pris un malin plaisir à insérer cette mini-histoire dans la grande en faisant apparaître les autres héros du film en arrière-plan. « C’est un boulot fait par des fans pour des fans », avoue Trent Correy. Et tous d’avouer qu’ils songent déjà à un troisième long-métrage mettant en scène ce héros givré et ses complices.