« Project Power » : Pourquoi ce thriller donne envie de revoir des blockbusters en salle

STREAMING On retrouve le bonheur d’un bon film d’action et de science-fiction avec « Project Power » disponible ce vendredi sur Netflix

Caroline Vié

— 

Jamie Foxx dans «Project Power» de Henry Joost et Ariel Schulman
Jamie Foxx dans «Project Power» de Henry Joost et Ariel Schulman — Netflix
  • « Project Power » mêle action et science-fiction autour d’une drogue qui donne de super pouvoirs.
  • Jamie Foxx et Joseph Gordon-Levitt volent la vedette à la découverte Dominique Fishback, épatante en dealeuse juvénile.
  • Ce festival de scènes d'action est une exclusivité Netflix.

Les nouveaux blockbusters ne sont pas encore de retour dans les salles de cinéma mais Project Power de Henry Joost et Ariel Schulman permet de patienter agréablement en attendant de pouvoir en revoir sur grand écran.

Le duo responsable de Paranomal Activity 3 et 4 a mis le turbo pour créer un suspense efficace disponible à partir de vendredi sur Netflix. 20 Minutes explique pourquoi ce thriller de science-fiction ne manque pas d’atouts pour redonner le goût des blockbusters à un public en mal de sensations fortes.

Parce que l’histoire déménage

Une nouvelle drogue fait fureur à la Nouvelle-Orléans. Il suffit d’avaler une petite gélule qui fait de la lumière pour se transformer en super-héros quasiment invincible pendant cinq minutes. De quoi faire perdre la tête à des individus peu recommandables mais aussi réunir un trio de choc : un policier agité du badge, un ancien soldat brisé par la perte de sa fille et une ado qui deale pour entretenir sa mère malade.

Parce que l’action décoiffe

Les scènes de combats sont dingues ! Dès que les personnages ont pris la fameuse pilule, ils se tapent dessus avec un entrain évident. Une mise en scène nerveuse et un montage au taquet font le job dans les rues de la Nouvelle-Orléans ou au milieu de containers exigus. Quiconque a envie de laisser son cerveau au vestiaire pour voir de la bonne grosse baston bien ficelée sera comblé car Project Power est un festival de castagne.

Parce que Jamie Foxx dépote

C’est le héros avec un « h » majuscule. Jamie Foxx, masse de muscles et charisme, laisse apparaître force, tendresse, faiblesse et folie à parts égales pour devenir attachant dans un rôle de papa poule vétéran. Il donne assez de chair à un personnage archétypal pour que le spectateur ait envie de le voir gagner contre des méchants teigneux et un savant cupide.

Parce Joseph Gordon Levitt délire

L’acteur caméléon Joseph Gordon-Levitt s’est fait un look d’enfer pour incarner un flic très pourri et très drogué. Il devient méconnaissable quand il perd la boule au point de se lancer dans des combats ahurissants. Il fait un peu (beaucoup) peur quand il disparaît dans la peau de ce policier aux méthodes que la convention de Genève réprouverait fermement.

Parce que Dominik Fishback démarre

Dominik Fishback est la découverte de Project Power. Pour son premier grand rôle dans un film d’action, la jeune actrice, remarquée en 2019 dans Long Way Home de Jordana Spiro, fait montre d’un tempérament volcanique en dealeuse grande gueule. Elle apporte humour et fraîcheur dans un monde très dur et se révèle absolument craquante tant l’héroïne qu’elle campe mêle bravoure et inconscience de façon convaincante.

Parce que les effets spéciaux déchirent

Une jeune femme se transforme en équivalent d’Elsa de La Reine de Neiges en version cinéma d’action et les balles rebondissent sur les crânes. Les gens se métamorphosent en boule de feu pour en découdre avec leurs ennemis ! Le duo de réalisateurs n’a pas lésiné sur les effets visuels pour faire tout péter autour des protagonistes. On ne boude pas son plaisir tant l’ensemble dégage une énergie donnant presque l’impression d’avoir pris une dose de la fameuse gélule aux pouvoirs magiques.