« Tenet » : Le salut des salles de cinéma repose-t-il uniquement sur le film de Christopher Nolan ?

CRISE Les exploitants de cinémas en péril misent beaucoup sur la sortie de « Tenet » le 26 août prochain

Caroline Vié

— 

Jack Cutmore-Scott, John David Washington et Robert Pattinson dans «Tenet» de Christopher Nolan
Jack Cutmore-Scott, John David Washington et Robert Pattinson dans «Tenet» de Christopher Nolan — Warner/Melinda Sue Gordon
  • La fréquentation des salles de cinéma françaises a été mise à mal par le Covid-19.
  • « Tenet », qui sort le 26 août prochain, pourrait inverser la tendance.
  • La carrière du film de Christopher Nolan est scrutée par tous les professionnels en quête d’indicateurs d’une reprise.

Le moral n’est pas au beau fixe pour les exploitants de salles de cinéma. L’annonce que Mulan de Nicki Caro ne sortira finalement que sur Disney + a achevé de déprimer les professionnels des salles obscures. Comme en témoigne la vidéo ci-dessous où Gérard Lemoine, furieux, détruit le présentoir du film dans le hall du  Cinépal. Un seul espoir demeure pour eux : la sortie de Tenet de Christopher Nolan, le 26 août prochain.

Malgré la présence d’excellents films comme Ip Man 4 de Wilson Yip, Eté 85 de François Ozon, le film catastrophe Greenland - Le dernier refuge de Ric Roman Waugh, de merveilleux films d'animation et de comédies françaises, le public boude les salles obscures. « Les cinéphiles sont de retour mais les spectateurs occasionnels se font encore tirer l’oreille », précise Nicolas Colle, journaliste en charge de l’analyse de l’exploitation et de la distribution pour Ecran total, média des professionnels du cinéma.

Les seniors grands absents

Le beau temps, une programmation restreinte et la crainte de la pandémie se conjuguent pour éloigner le public des salles. « Les seniors, population à risque et grands consommateurs de cinéma, sont encore prudents » déclare Nicolas Colle. La fermeture de cinémas comme le Grand Rex à Paris, démontre que la fréquentation n’est pas au rendez-vous. « Leur programmation basée sur des reprises n’a pas suffi à remplir cette salle immense mais elle va rouvrir le 26 août, juste à temps pour Tenet, un grand spectacle idéal pour elle », explique le journaliste. L’œuvre de Christopher Nolan possède-t-elle tous les atouts pour attirer le public ? Ou risque-t-elle de faire chou blanc dans un contexte morose ?

« Oui, j’y crois à fond ! martèle Nicolas Colle. Ce film contient du grand spectacle pour ceux qui en désirent, une intrigue d’espionnage pour ceux qui souhaitent une histoire solide et un côté mystérieux pour ceux qui veulent quelque chose d’original. » En bref, chacun pourra y trouver ce dont il a envie. Christopher Nolan est un auteur très populaire en France dont les longs-métrages comme Inception (2010), Interstellar (2015), Dunkerque (2017) sans parler de ses Batman ont cartonné. « Il obtient, en moyenne, 2, 5 millions d’entrées en France, insiste Nicolas Colle, ce qui en fait un réalisateur populaire dont chaque film est attendu. »

« Tenet » à la rescousse

Une bande-annonce intrigante comme les multiples reports de la sortie de Tenet ont aiguisé l’envie d’un public privé de blockbusters depuis de longs mois. Mais que se passera-il si le film n’est finalement pas à la hauteur de leurs attentes ? « Les premiers retours des chanceux qui ont pu le voir aux Etats-Unis sont très positifs », estime Nicolas Colle. Pour autant, il sera impossible à Tenet de sauver à lui seul les salles de cinéma même s’il attire une foule massive devant le grand écran. « S’il obtient 1,5 million d’entrées, ce sera un beau résultat, estime le journaliste. Même si Warner perd un peu d’argent, cela donnera un signal fort aux autres studios. » En espérant que le film ne sera pas piraté dès sa sortie dans certaines contrées. « Un risque bien réel », soupire Nicolas Colle.

Le succès de Tenet pourrait encourager la sortie d’autres blockbusters comme Black Widow de Cate Shortland annoncé pour le 28 octobre ou Wonder Woman 1984 de Patty Jenkins, prévu pour le 30 septembre. « Il faut que les distributeurs acceptent la possibilité qu’ils perdront peut-être de l’argent, estime Nicolas Colle. S’ils ne programment pas ces films en salle, ces dernières ne tiendront pas le coup ! Le cinéma est un écosystème fragile. » Warner donne le bon exemple avec Tenet en acceptant de ne pas le distribuer de façon globale puisque les salles de certains pays demeurent fermées. « Les chiffres de Tenet vont être scrutés par tous les professionnels qui en tireront des enseignements pour l’avenir », prédit Nicolas Colle.

« Sortir des blockbusters en 2020 est aussi indispensable pour éviter un encombrement en salle l’année prochaine, » prédit Nicolas Colle. Certains, même en France comme Olivier Marchal dont  Bronx a été vendu à Netflix et Kheiron dont Brutus vs César est finalement distribué sur Amazon Prime Video, ont déjà choisi l’option plateformes. « Il est clair que la pandémie a changé la donne pour ce qui concerne certaines œuvres, reconnaît Nicolas Colle. Mais les salles seront toujours importantes car je ne peux imaginer des films comme Tenet ou Avatar 2 ne pas être montrées sur grand écran. » Espérons que la situation sanitaire à la fin des vacances d’été sera au vert pour permettre aux spectateurs de retourner massivement devant les écrans blancs.