L’animation profite de l’absence des gros studios pour leur voler la vedette en salle

animation Pas de longs-métages Disney cet été ? Qu'à cela ne tienne, des films d'animation réussis profitent de cette absence pour sortir en salle

Caroline Vié

— 

«Bigfoot family» de Ben Stassen et Jérémie Degruson
«Bigfoot family» de Ben Stassen et Jérémie Degruson — Apollo Films
  • Bien que les plus connus des studios d’animation soient absents des écrans cet été, d’autres firmes moins connues s’illustrent sur grand écran.
  • Il y en a pour tous les âges et pour tous les goûts entre nouveautés et ressorties.
  • Les découvertes sont aussi nombreuses que variées.

Quand Mickey n’est pas là, les autres studios dansent ! L’absence de films de chez Disney ou d’autres grandes firmes d’animation, telles Dreamworks ou Sony dont Trolls: Tournée mondiale ou Déconnectés ne seront visibles qu’à l’automne, permet à des œuvres passionnantes d’occuper de nombreux écrans. 20 Minutes a pris grand plaisir à les sélectionner en signalant pour chaque film quel élément est le plus séduisant. Il ne reste plus qu’à courir au cinéma pour s’animer au cours de cet été touché par le Covid-19.

« Spycies » : Des agents très très spéciaux

C’est notre coup de cœur de l’été que Spycies, film d’espionnage animé réalisé par Guillaume Ivernel (Chasseurs de dragons). Les aventures farfelues de deux agents secrets dans une contrée peuplée d’animaux frappadingues font penser à Zootopie et au Château de Cagliostro de Hayao Miyazaki. Le rythme effréné de leur enquête comme l’humour d’un ensemble vitaminé fait référence à des incontournables de l’action comme les sagas L’Arme Fatale et Mission : Impossible. On craque pour le héros, un matou bleu et un brin prétentieux aux allures de James Bond à poils ras. (Sortie le 26 août).

« Bigfoot Family » : des aventures au poil !

Dans la Bigfoot Family, je demande le fils. Ben Stassen et Jérémie Degruson (Le Manoir magique) envoient cet adolescent timide et velu à la recherche de son papa disparu. Un méchant industriel et sa société pétrolière n’apprécient que modérément les militants écolos qui soutiennent les héros. L’Alaska sert d’écrin à ce film fort bien troussé qui fait suite à Bigfoot Junior, réalisé par le même duo en 2017. Un passage remarqué au Festival d’Annecy a mis cette œuvre résolument familiale sur les rails du succès ! Et un gros nounours maladroit donne des envies de méga câlins. (Sortie le 5 août).

« Akira » : Un chef-d’œuvre à redécouvrir

Dire que qu’Akira (1991) de Katsuhiro Ōtomo est un chef-d’œuvre fait figure d’évidence pour celles et ceux qui l’ont déjà vu et le deviendra pour ceux et celles qui vont le découvrir sur grand écran dans une version restaurée en 4K. C’est bien simple, on n’a pas fait mieux depuis. Les poursuites en moto du héros dans les rues d’un Tokyo futuriste demeurent des modèles pour bien des cinéastes tant en Anime qu’en prises de vues réelles. Un grand merci à Eurozoom d’avoir eu la bonne idée de ressortir ce grand moment de cinéma autour d’un adolescent aux étranges pouvoirs. On aimerait sa moto et ses baskets et aussi revoir le film plusieurs fois ! (Sortie le 19 août).

« Mon Ninja et moi » : Original et engagé

C’était la bonne surprise de juillet mais il n’est pas trop tard pour découvrir Mon Ninja et moide Anders Matthesen et Thorbjørn Christoffersen. L’originalité de cette histoire d’amitié vient de sa thématique. La poupée de ninja qui copine avec le héros a été fabriquée dans une usine où les enfants sont exploités. Elle cherche à se venger du commanditaire occidental des joujoux. Ce qui pourrait n’être qu’une énième de duo complice de se transforme alors en réflexion sur le monde, idéale pour avoir une belle conversation après la projection ! On serait d’ailleurs ravis d’avoir son propre petit ninja pour aider en cas de coups durs ! (En salle depuis le 14 juillet).

«Yakari, le film » : Sur la piste d’un petit Sioux

Après avoir été la star d’une bédé et d’une série télévisée, le petit Sioux connaît les honneurs du grand écran. Yakari, la grande aventure de Xavier Giacometti et Toby Genkel est destiné aux plus jeunes spectateurs. Son intrigue pleine de tendresse et son esthétique toute en rondeur sont bien faites pour les enchanter. Le film retrouve le charme des albums de Derib et Job sur la piste de ce gamin débrouillard possédant le don de parler aux animaux. La fraîcheur de l’ensemble fait un bien fou et les bestioles que croisent Yakari forment un bestiaire attachant. On adore Petit Tonnerre, le cheval indomptable qu’il tente de capturer. (En salle le 12 août).

« Blanche-Neige, les souliers rouges et les 7 nains » : Totalement barré

C’est de Corée du Sud que vient Blanche-Neige, les souliers rouges et les 7 nains de Hong Sung-ho, comédie animée revisitant les contes de fées avec une bonne dose d’humour féroce. Impossible de ne pas penser à Shrek en voyant comment la princesse rondelette doit composer avec des chevaliers servants de petite taille pour sauver son père et son royaume. Un message sympathique laissant bien comprendre que la beauté n’est pas qu’une question de poids et de centimètres rend le film recommandable. Et cette Blanche-Neige aux joues rondes comme des pommes est vraiment mignonne à croquer ! (En salle depuis le 29 juillet).