David Lynch aime tous ses films sauf « Dune »

FILMOGRAPHIE Le réalisateur n’a pas supporté qu’on ne lui laisse pas le contrôle créatif total sur son œuvre

20 Minutes avec agences
— 
Le réalisateur David Lynch
Le réalisateur David Lynch — Inside/Panoramic/Starface

A 74 ans, David Lynch peut regarder derrière lui avec la satisfaction d’avoir accompli une œuvre sans concession et souvent adulée, lui qui a toujours su se jouer des contraintes hollywoodiennes. Et pourtant, le réalisateur de Mulholland Drive a une petite arête en travers de la gorge, et cette arête n’a d’autre nom que Dune.

« Je suis plutôt fier de tous mes films, à part Dune », a-t-il apporté en réponse à la question d’un fan sur sa chaîne YouTube. Mais alors, pourquoi, plus de 30 ans après, David Lynch reste-t-il mécontent de son adaptation de 1984 qui embarquait Kyle MacLachlan, Virginia Madsen, Patrick Stewart ou encore Sting au casting ?

Le contrôle total ou rien

L’une des principales raisons pour lesquelles Dune reste la bête noire de la carrière de David Lynch, c’est tout simplement parce que la production ne lui avait pas laissé le contrôle. « Je n’ai pas eu le final cut sur ce film. Je n’avais pas le contrôle créatif total. Ce n’est pas le film que j’aurais fait si j’avais eu la main. Et c’est assez triste », déplorait-il déjà dans une précédente interview.

Pour l’anecdote, David Lynch avait même exigé que son nom soit retiré du générique et remplacé par celui d’Alan Smithee, pseudonyme utilisé par les réalisateurs qui ne veulent pas assumer leur travail.

Un peu tombé dans l’oubli et victime de ce désamour paternel, ce film vaut que l’on se fasse sa propre idée, d’autant que le Dune de 1984 est actuellement sur Netflix. Un bon moyen de se plonger dans les sables arides d’Arrakis en attendant l’adaptation de Denis Villeneuve avec Timothée Chalamet, Rebecca Ferguson et Oscar Isaac, et dont la sortie est fixée au 23 décembre de cette année.