Déconfinement : Au Forum des Halles, la joie de retrouver les salles de cinéma est palpable

REPORTAGE Les Français ont retrouvé les salles obscures, avec de nouvelles règles sanitaires, ce lundi

Laure Beaudonnet, à Paris

— 

Dans le hall de l'UGC Ciné Cité Les Halles, le lundi 22 juin 2020, le jour de la réouverture des cinémas après 100 jours de fermeture en raison de la crise du coronavirus.
Dans le hall de l'UGC Ciné Cité Les Halles, le lundi 22 juin 2020, le jour de la réouverture des cinémas après 100 jours de fermeture en raison de la crise du coronavirus. — L. BEAUDONNET / 20 MINUTES
  • Les cinémas ont rouvert leurs portes après cent jours de fermeture.
  • 20 Minutes est allé voir à quoi ressemblent les salles obscures après cent jours de fermeture.
  • Sur place, les cinéphiles n’ont pas caché leur enthousiasme.

Un retour à la normale ou presque. Dans les couloirs de l’UGC Ciné Cité Les Halles, à Paris, ce lundi, le temps du confinement paraît bien loin. Les cinémas ont rouvert leurs portes après cent jours de fermeture et de nombreux cinéphiles n’ont pas attendu pour acheter un billet. Selon Le Film Français, le « cumul des premières séances de l’UGC Ciné Cité les Halles s’établissait au niveau moyen d’un mercredi de sortie ». Ça donne une idée de l’impatience des Français.

20 Minutes en a profité pour aller se faire une toile et voir de ses propres yeux à quoi ressemblent les cinémas post-covid. Verdict : ils sont en pleine forme.

« Les gens reviennent, ils ont le sourire »

Les nouvelles règles d’hygiène viennent nous rappeler inlassablement qu’une pandémie a confiné l’ensemble de l’humanité et que la menace d’une deuxième vague continue de planer. Masque sur le visage, Alexia, qui travaille à l’accueil n’a pas peur du contact avec le public, au contraire. Elle assure que tout est mis en œuvre pour assurer la sécurité du personnel et des spectateurs.

« Un marquage au sol a été mis en place pour respecter les distances de sécurité et toutes les portes sont ouvertes pour éviter d’avoir à les toucher. Dans les salles, un panneau rappelle de laisser un siège vacant de chaque côté des spectateurs ou des groupes et nous vérifions que cette consigne est respectée, dans la mesure du possible », explique-t-elle avant de s’enthousiasmer : « Les gens reviennent, ils ont le sourire, ça fait plaisir ».

Panneau sur les règles de sécurité à respecter à l'UGC Ciné Cité Les Halles le lundi 22 juin 2020.
Panneau sur les règles de sécurité à respecter à l'UGC Ciné Cité Les Halles le lundi 22 juin 2020. - L. BEAUDONNET / 20 MINUTES

« Je souffre du syndrome du stress post-confinement »

De leur côté, les cinéphiles semblent sereins. « A cette heure-ci, il y a à peu près 450 places dans la salle où je vais voir La Bonne épouse avec Juliette Binoche, on ne devrait pas être plus de 100, souligne Tereza de son accent chantant. Je garderai mon masque et si personne n’est à côté de moi, je l’enlèverai ». Michelle, qui se dit traumatisée par le confinement, n’a pas retiré son masque de la séance. « Je souffre du syndrome du stress post-confinement, confie cette habituée des salles obscures en référence au syndrome de stress post-traumatique. J’ai encore peur des gens, mais j’avais trop envie de retourner au cinéma ».

Dans la grande salle où s’apprête à débuter Filles de joie*, de Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich, il ne vaut mieux pas être trop hypocondriaque. A croire que le Covid-19 s’est envolé. Les visages se démasquent une fois la lumière éteinte et malgré le nombre de sièges (plus de 300 dans la salle 6) les spectateurs ont tendance à s’amasser au centre. L’affluence reste heureusement limitée à cette heure de la journée. « J’attendrai peut-être un peu avant de retourner aux séances du samedi soir », sourit Michelle qui a également, prévu de retourner au théâtre au plus vite.

La crise représente selon une estimation de La Fédération Nationale des Cinémas Français près de 60 millions d’entrées perdues (de début mars à fin juin), soit une perte de près de 400 millions d’euros pour l’ensemble des exploitants de salles.

*Filles de joie était en tête du classement à l’UGC Ciné Cité Les Halles avec 47 visiteurs à la séance de 9h, selon Le Film Français.