A Annecy et sur les Champs-Elysées, les festivals parient sur le don d'ubiquité des cinéphiles

ON LINE « 20 Minutes » a passé ce lundi 15 juin sur les deux plateformes en ligne des festivals de cinéma d’Annecy et des Champs-Elysées

Caroline Vié
— 
«Lupin III:The First» de Takashi Yamazaki
«Lupin III:The First» de Takashi Yamazaki — Eurozoom
  • Le Champs-Elysées Film Festival et le Festival d’Annecy sont ouverts au public dans leurs versions en ligne.
  • Lancés à quelques jours d’intervalle, ils offrent tous deux des contenus, gratuits ou payants, mais accessibles à tous simultanément.
  • « 20 Minutes » a passé la journée de lundi sur les deux plateformes, afin de comparer les deux offres.

Quand les festivals de cinéma se réinventent, c’est parfois au bénéfice du grand public. Le Champs-Elysées Film Festival et le Festival d'Annecy, qui se tiennent tous les deux jusqu’au 30 juin, ont fait le choix de mettre leurs éditions en ligne et de les rendre accessibles au plus grand nombre, via une simple inscription (gratuite) dans le premier cas, une accréditation (payante, 15 euros pour toute la durée du festival) dans le second.


« Nous n’avons pas voulu renoncer, explique Sophie Dulac, présidente et fondatrice du Champs-Elysées Film Festival à 20 Minutes. L’aventure d’un festival en ligne permettra de mieux faire connaître notre manifestation dans toute la France. » D’ores et déjà 10.500 personnes se sont connectées sur le  site d’un festival qui défend « la jeune création du cinéma indépendant français et américain ».

« Nous ne pouvions pas ne pas faire exister les films et les artistes qui comptent sur nous », insiste Mickael Marin, président du Festival d’Annecy. Il ne reste plus au spectateur qu’à partir à la découverte d’une offre pléthorique ! On ne sait plus où donner de la tête tant il y a de choses à découvrir dans le cinéma d’animation du monde entier. Il faut prendre un moment pour faire le tri. Ça se mérite !

 

Places limitées ou pas

Aux Champs-Elysées Film Festival, le nombre de places est limité à chaque séance, mais certains films ne font pas carton plein. Il suffit de butiner sur le site pour découvrir que, par exemple, l’excellent documentaire 17 Blocks de David Rothbart, chronique âpre de la vie dans un quartier de Washington, est toujours visible. Elle le sera jusqu’à avoir atteint les 1.500 spectateurs virtuels autorisés.

A Annecy, certaines œuvres sont montrées dans leur intégralité mais d’autres – problème de droits oblige – ne se dévoilent qu’en extraits ou en featurettes. Seul le jury pourra voir en entier des films comme Lupin III : The first de Takashi Yamakasi ou Petit vampire de Joann Sfar. Cinq longs-métrages de la Compétition officielle et six de la section Contrechamp sont mis à disposition du public accrédité.

Des leçons et des rencontres

Au Champs-Elysées Film Festival, Stephen Frears et Edgar Wright ont répondu présents et leurs leçons de cinéma sont toujours disponibles en replay et sous-titrées. Les shows case de différents artistes sont aussi aisément trouvables sur le site. Quant au palmarès, il est annoncé pour le 16 juin à partir de 20 h avec une jolie surprise promise par les organisateurs.

A Annecy, le palmarès se déroule en deux temps : le 19 juin pour les prix spéciaux et le 20 juin pour les autres prix. Pour le reste de la manifestation, on ne saurait trop recommander d’établir un programme précis. Car, entre longs et courts-métrages, leçons de cinémas, « work in progress » sous-titrés et webminars, les deux semaines de festival ne suffiront pas pour tout voir.

Des sites à explorer

Le site du Champs-Elysées Film Festival est un modèle de clarté. Intuitif à souhait, il suffit de cliquer pour trouver son bonheur. On va être honnêtes, celui d’Annecy demande plus d’efforts, mais le jeu en vaut la chandelle. C’est juste une habitude à prendre pour s’y retrouver. Il suffit de cliquer en haut à droite sur l’onglet « programme » puis sur « visionner les contenus » pour qu’un monde de merveilles s’ouvre devant vous. On vous souhaite de bonnes promenades et de belles découvertes.