Festival de Cannes : « Si des contraintes devaient demeurer en 2021, nous nous adapterions », assure Pierre Lescure

COVID-19 Le patron de la manifestation, dont les films de l’édition 2020 seront défendus autrement que sur la Croisette, se projette sur la prochaine édition

Fabien Binacchi

— 

Le président du Festival de Cannes, Pierre Lescure, le 19 mai 2019.
Le président du Festival de Cannes, Pierre Lescure, le 19 mai 2019. — Arthur Mola/AP/SIPA
  • Le Festival de Cannes 2020 n’aura pas lieu sur la Croisette mais une sélection de films sera défendue dans les autres festivals.
  • L’épidémie de Covid-19 pourrait contraindre le festival à « s’adapter » en 2021, explique Pierre Lescure.
  • Le président de l’événement n’a pas changé d’avis en revanche sur l’élargissement des sélections aux films de plateformes à la demande malgré, leur montée en puissance pendant le confinement.

C’est une première depuis mai 1968 : cette année, le Festival de Cannes ne décernera pas sa Palme. Pas de légendaires marches rouges, ni de soirées de gala non plus pour la grand-messe du Septième art qui aurait dû lever le rideau mardi soir. Si la manifestation promet de tout faire pour « faire vivre et accompagner » les films qu’elle a déjà sélectionnés pour 2020, l’épidémie mondiale de Covid-19 a fini par sonner le glas d’une 73e édition physique de la manifestation... et commence aussi déjà à transformer les suivantes ?

Sur le fond, certainement pas, répond Pierre Lescure. La montée en puissance des géants de la vidéo à la demande pendant le confinement n’aura pas fait changer d’avis le patron du plus grand festival de cinéma au monde. « Resteront sélectionnés en compétition les films appelés à sortir en salle » et uniquement ceux-là, appuie le président de la manifestation, interrogé par 20 Minutes.

« Un film de cinéma n’est jamais aussi bien servi que dans une salle »

« Les plateformes ont été un bonheur pour tout le monde et elles ont elles-mêmes appris qu’il pouvait être intéressant de programmer des films de patrimoine, dit-il. Mais chacun a pu noter aussi combien un film de cinéma n’est jamais aussi bien servi et jamais aussi jouissif pour son spectateur que dans une salle. »

Selon lui, il n’y aurait « aucune logique » non plus « à inclure des séries dans une section, dont on ne verrait qu’un ou deux épisodes ». « Il y a CannesSeries et Séries Mania et ils font ça très bien », juge le fondateur et ancien patron de Canal+.

Des adaptations comme « avec les règles post-attentats »

Les aléas sanitaires pourraient au moins contraindre l’événement à évoluer sur la forme. « Si des contraintes devaient demeurer à l’approche de Cannes 2021, nous nous adapterions », confirme Pierre Lescure. Des aménagements pourraient se jouer « au palais comme tout autour, comme nous aurons appris à le faire, à tous égards et partout » comme « ces dernières années, avec les règles de sécurité post-attentats », dit-il.

Après l’arrivée de portiques de détection de métaux, verra-t-on bientôt des montées des marches avec distanciation physique ? Le festival a déjà fait évoluer les règles et pourrait donc continuer en partenariat avec la mairie de Cannes. Le maire, « David Lisnard, a montré comment trouver l’équilibre entre la sécurité et ses contraintes, la santé et la prudence, la rigueur et la vraie vie », souligne Pierre Lescure.

Une cinquantaine de films labellisés « Cannes 2020 »

En attendant cette prochaine édition du « monde nouveau » qui s’annonce, c’est donc bien sur la sélection 2020 que les équipes continuent à se concentrer. Car oui, elle existera malgré l’épidémie. Fin mai ou début juin, au maximum, une liste d’une cinquantaine de films (sur un peu plus de 1.800 visionnés au total) labellisés « Cannes 2020 » sera dévoilée.

« A partir de là, nous allons les accompagner le plus efficacement possible, au fur et à mesure de leurs sorties et de la réouverture des salles », indique le président du Festival de Cannes, qui a déjà reçu, pour ça, des propositions de ses collègues à travers le monde.

« Nous avons été invités dans énormément de festivals, du monde entier, Toronto, San Sebastien, Pusan, New York, Mexico, ou en France à Angoulême et Deauville, pour présenter cette sélection afin de promouvoir ces films que nous avons tout particulièrement aimés », détaille-t-il.

Une action « forte et symbolique » avec Venise

Une aide bien venue pour l’industrie mondiale du cinéma, en berne avec la fermeture des salles et leur réouverture dans des conditions qui restent à définir. « Il y a une forte attente des cinéastes, des distributeurs, des producteurs comme des exploitants, pour cet accompagnement de Cannes hors les murs », souligne le patron du Festival de Cannes. Les professionnels auront aussi droit à un Marché du film en ligne cette année.

Une action « forte et symbolique de cette relance du cinéma, de la création et de l’industrie du cinéma européen » est aussi attendue avec le Festival de Venise avec qui celui de Cannes a « depuis toujours une relation spéciale », note Pierre Lescure. « Nous y travaillons et on espère que cela pourra aboutir », conclut-il.