Mort de Tonie Marshall : Engagement féministe, césar historique… Cinq choses à savoir sur la réalisatrice

BIOGRAPHIE La réalisatrice de « Vénus Beauté (Institut) », décédée ce jeudi, militait notamment depuis plusieurs années contre les violences faites aux femmes

C.W. avec AFP
— 
La réalisatrice Tonie Marshall est décédée à l'âge de 62 ans.
La réalisatrice Tonie Marshall est décédée à l'âge de 62 ans. — Jacques BENAROCH/SIPA
  • Tonie Marshall, la réalisatrice de « Venus Beauté (Institut) », est décédée ce jeudi à 68 ans.
  • Elle est la seule femme à avoir remporté le César de la meilleure réalisation en 2000.
  • Tonie Marshall se battait également depuis plusieurs années contre les violences faites aux femmes.

Elle était actrice, réalisatrice, productrice, féministe… Tonie Marshall est décédée à l’âge de 68 ans des suites d’une longue maladie ce jeudi, a annoncé son agente Elisabeth Tanner. Elle avait commencé sa carrière derrière la caméra en 1989 avec Pentimento, en offrant à Antoine de Caunes l’un de ses premiers rôles. Et c’est Emmanuelle Devos qui tenait l’affiche de son dernier film en 2017, Numéro Une, narrant la bataille d’une ingénieure pour prendre la tête d’une entreprise du CAC40.

Féministe et engagée, la réalisatrice Franco-américaine était également connue pour être la seule femme à avoir remporté le César de la réalisation il y a vingt ans pour Vénus Beauté (Institut). Plus récemment elle a été à l’initiative d’un mouvement pour les femmes, le port de rubans blancs aux César. Mais ce n’est pas tout. 20 Minutes vous propose cinq choses à savoir sur Tonie Marshall.

La seule réalisatrice césarisée

Aucune femme avant elle n’avait remporté cette récompense. Et depuis, aucune n’a jamais réussi à briguer le trophée. Tonie Marshall a remporté le César de la meilleure réalisation en 2000 pour Vénus Beauté (Institut). Ce film, qui a lancé la carrière de la jeune Audrey Tautou – pour lequel elle a reçu le César du meilleur espoir féminin – a également remporté le César du meilleur film et celui du meilleur scénario. Fort de ce succès, Vénus Beauté (Institut) a ensuite été adapté pour la télévision par la réalisatrice. Intitulée Vénus et Apollon, la série a connu deux saisons et a été diffusée sur Arte et France 3.

A l’initiative du mouvement des rubans blancs

Si elle les mettait en scène, Tonie Marshall se battait également pour les femmes et leurs droits. Depuis 2018, elle était ambassadrice de la Fondation des Femmes, qui se bat pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Avec cette fondation, la réalisatrice a été à l’initiative du port du ruban blanc lors de la cérémonie des César en 2018, pour lutter contre les violences faites aux femmes. Au cinéma, elle s’était aussi engagée auprès du Collectif 50/50 qui lutte notamment pour la parité au sein de cette industrie. Enfin, elle avait aussi salué en novembre « le cran » dont a fait preuve l’actrice française Adèle Haenel, qui a accusé le réalisateur Christophe Ruggia d’attouchements et de harcèlement sexuel.

Une prof d’histoire-géo dans « Les Sous-doués »

Avant de passer derrière la caméra, la réalisatrice connaissait déjà bien les plateaux de tournage pour avoir enchaîné une myriade de petits rôles dans les années 1970 et 1980, après être passée par le théâtre. « J’étais actrice car c’était ce qui me paraissait le plus naturel, mais je m’intéressais beaucoup à l’écriture, à la production », contait-elle. Si Jacques Demy lui a offert l’un de ses premiers rôles dans L’Evénement le plus important depuis que l’homme a marché sur la Lune en 1973, elle doit le tout premier à Jean-Michel Barjol. Elle apparaît dans son film What a Flash !, une fiction déglingos dans laquelle 200 personnes condamnées à mort et enfermées dans un hangar décident d’organiser une fête géante. Tonie Marshall a également été prof d’histoire-géo dans Les Sous-doués de Claude Zidi en 1980, et fait quelques apparitions dans la série télé comique Palace, de Jean-Michel Ribes.

Un court-métrage érotique pour Canal+

En 2009, Tonie Marshall s’est essayé à un tout autre cinéma, érotique, derrière la caméra. Dans le cadre de la vague de films X-plicit de Canal+, elle a réalisé le court-métrage Le Beau Sexe, sur une femme qui est l’objet de fantasme de son voisin. La réalisatrice a trouvé dans cet exercice « un espace complètement original. Alors que d’habitude, les films érotiques sont soit aseptisés comme sur M6, soit ignobles et désincarnés », rapportait 20 Minutes. Son film était alors conçu comme « une montée du désir. Même si la charte de la série X femmes stipulait qu’il fallait des scènes explicites, j’ai surtout travaillé sur le fantasme. »

Un petit lien avec Michelle Morgan

Le lien n’est pas évident, mais Tonie Marshall était la fille de l’actrice française Micheline Presle et du réalisateur américain William Marshall. Avant Micheline Presle, ce dernier avait été marié à Michelle Morgan, avec qui il avait eu Mike Marshall, acteur lui aussi, et demi-frère de Tonie Marshall.