Victoire de Polanski et départ d'Adèle Haenel : Ce que retient la presse étrangère des César 2020

REVUE DE PRESSE La presse étrangère a également suivi la 45e cérémonie des César

Mathilde Loire
— 
Adèle Haenel à la cérémonie des César, le 28 février 2020.
Adèle Haenel à la cérémonie des César, le 28 février 2020. — Christophe Ena/AP/SIPA

Des César 2020, une image restera sans doute. Celle d’ Adèle Haenel quittant la salle Pleyel, suivie d’une dizaine de personnes, après l’annonce du César de la meilleure réalisation pour Roman Polanski. C’est en tout cas le moment retenu par la presse étrangère, qui s’est penchée sur cette 45e cérémonie des César​.

« Cesar Controversy », titre Variety sur son site Web. Sur Entertaiment Weekly, on peut lire « Des spectateurs sortent après que Roman Polanski gagne le prix du Meilleur réalisateur aux César ». « Roman Polanski a gagné un nouveau prix pour son travail vendredi soir, mais il y avait plus de huées que d’encouragements dans le public », écrit la journaliste Maureen Lee Lenker. « (…) L’actrice française Adèle Haenel a rapidement quitté la salle à l’annonce de la victoire [de Polanski], suivie par d’autres, dont la réalisatrice Céline Sciamma et l’actrice Noémie Merlant. »

« Plus de 100 manifestantes en colère »

« L’académie du cinéma français a ignoré une rue pleine de manifestantes et manifestants et une furieuse armée en ligne de critiques pour donner à Polanski le plus grand honneur pour un réalisateur ce vendredi », écrit Scott Roxborough pour The Hollywood Reporter. « L’actrice Adèle Haenel était visiblement énervée quand le nom de Polanski a été prononcé. Elle a quitté la salle. Plusieurs autres ont suivi. » Le départ d’Adèle Haenel et la victoire de Roman Polanski étaient en Une ce samedi matin de plusieurs sites anglophones spécialisés, dont IndieWire.

The Guardian titre, lui, sur les manifestations autour de la cérémonie : « Roman Polanski gagne le prix du meilleur réalisateur aux Oscars français au milieu des manifestations ». « Plus de 100 manifestantes en colères s’étaient rassemblées pour manifester contre l’honneur fait au réalisateur controversé, qui est encore recherché par les Etats-Unis après avoir plaidé coupable d’un viol sur une mineure de 13 ans, mais avoir fui avant d’être jugé en 1977 », rappelle Kim Willsher.

« La tension était palpable dans la salle »

Le quotidien espagnol El País se fait l’écho de l’ambiance lors de la cérémonie : « La tension était palpable dans la salle, remplie d’artistes qui, ces dernières semaines, avaient exprimé ouvertement leur irritation vis-à-vis de l’Académie du Cinéma, même s’ils n’ont finalement pas profité de leurs discours pour la dénoncer ». La correspondante Silvia Ayuso rappelle par ailleurs : « Cela fait 20 ans [qu’une femme, Tonie Marshall, a reçu le prix de la meilleure réalisation]. Une victoire de Céline Sciamma pour Portrait de la jeune fille en feu aurait pu changer l’histoire ce soir, mais il faudra attendre une année de plus. »

Variety revient également sur la polémique qui a précédé la cérémonie, et le refus de l’Académie de laisser Claire Denis et Virginie Despentes marrainer des « Espoirs ». « Ironiquement, note la journaliste, Denis était celle qui a annoncé le prix de la réalisation pour Polanski sur scène, provoquant de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. »

« Les Césars ont fait remettre la Meilleure réalisation à Polanski par Claire Denis ? Il y a l’insulte, il y a l’injure, et puis il y a quelque chose d’autre », écrit ainsi le critique indépendant Guy Lodge.

« Récompenser Polanski envoie un message très clair »

Pour Variety toujours, Adèle Haenel « semblait être la grande favorite » pour le prix d’interprétation féminine, qui est finalement allé à Anais Desmoustier pour Alice et le maire. « Le camouflet à Haenel a fait lever des sourcils dans la salle de presse, sachant qu’elle a été au premier plan du mouvement #MeToo en France après avoir accusé le réalisateur français Christophe Ruggia de harcèlement quand elle avait douze ans », écrit Elsa Keslassy.

« Céline Sciamma et Adèle Haenel ont beaucoup parlé dans leurs critiques du sexisme et des abus dans l’industrie du film français. Haenel a courageusement témoigné contre le réalisateur qui a abusé d’elle quand elle était enfant. Récompenser Polanski envoie un message très clair sur les vies qui comptent dans ce milieu », estime sur Twitter la critique Kayleigh Donaldson, qui écrit pour le site ScreenRant.

La victoire de Roman Polanski aux César ne devrait pas manquer de faire réagir le monde du cinéma. Ce samedi matin, l’actrice Jessica Chastain, une des têtes d’affiche du mouvement Time’s Up contre le harcèlement sexuel, a d’ailleurs exprimé son admiration pour Adèle Haenel et sa sortie.