VIDEO. « Invisible Man »: Elisabeth Moss rend visible les violences faites aux femmes

HORREUR L’héroïne de la série « The Handmaid’s Tale » est formidable en femme traquée par son ex dans « Invisible Man » en salle ce mercredi

Caroline Vié

— 

Elisabeth Moss dans «Invisible Man» de Leigh Whannell
Elisabeth Moss dans «Invisible Man» de Leigh Whannell — Universal Pictures France
  • Elisabeth Moss est la vedette d'« Invisible Man » en épouse persécutée par son mari.
  • Ce film d’horreur joue avec les codes du genre pour dénoncer les violences faites aux femmes.
  • La performance intense de la comédienne ajoute aux frissons du spectateur.

« Intense » est l’adjectif qui pourrait définir Elisabeth Moss  et ce n’est pas sa composition dans Invisible Man de Leigh Whannell qui fera dire le contraire. Elle y est persécutée par son époux violent, un cas qui serait tristement ordinaire si ce n’est que ce dernier est censé être mort et qu’il la traque sans qu’elle puisse le voir.

Le réalisateur d’Insidious  revisite le mythe de l’Homme invisible créé par le romancier H.G. Wells et popularisé par de nombreux longs-métrages notamment avec Claude Rains  en 1933, Chevy Chase en 1992 et Kevin Bacon en 2000. Dans cette nouvelle version, il dénonce le harcèlement que subit une épouse dont le mari scientifique a mis au point une façon très vicieuse de la faire sombrer dans la démence. « Je savais qu’elle pouvait jouer cette forme de descente aux enfers sans excès. Elisabeth était la garante de l’authenticité de mon film, » dit Leigh Whannell dans le dossier de presse.

Violentée à l’écran

Elisabeth Moss n’en est pas plus son coup d’essai dans le rôle d’une héroïne victime d’un patriarcat brutal que dans celui d’une victime de film d’horreur. La série The Handmaid's Tale et le fort horrifique Us de Jordan Peel où elle jouait une bourgeoise et son double maléfique, l’avaient déjà mise dans le bain. « C’était important d’imaginer des rapports qui ne soient pas seulement violents d’un point de vue physique, mais émotionnel et psychologique » dit-elle. Son personnage est d’autant plus mis à mal que personne ne veut croire que son époux est invisible et que tout le monde pense qu’elle est folle à lier. Sa souffrance est décuplée par l’incrédulité de ses proches.

Dénoncer la violence

Invisible Man a pour ambition d’aller plus loin qu’une simple série B d’horreur pour dénoncer les violences faites aux femmes. Et cela fonctionne d’autant mieux du fait de la puissance de la performance d’Elisabeth Moss pour partager son calvaire avec le spectateur. « J’espère que ce film permettra à tous ceux qui ont souffert de ce genre de violences de se sentir mieux représentés et soutenus », insiste l’actrice. Cette relecture d’un mythe qu’on aurait pu croire éculé prouve que le cinéma de genre n’en finit pas de surprendre. Et qu’on sera toujours heureux de voir Elisabeth Moss dans des rôles aussi bien écrits que celui qu’elle joue dans Invisible Man.