« Birds of Prey et la fantabuleuse histoire d’Harley Quinn »: On vous dit tout sans spoiler

WONDERWOMEN L'info à retenir, c'est que la copine du Joker a quatre copines aussi badass qu'elle dans « Birds of Prey et la fantabuleuse histoire d’Harley Quinn », au cinéma ce mercredi

Caroline Vié
— 
« Birds of Prey et la fantabuleuse histoire d’Harley Quinn » de Cathy Yan
« Birds of Prey et la fantabuleuse histoire d’Harley Quinn » de Cathy Yan — Warner Bros France
  • Cinq femmes fortes se partagent la vedette de « Birds of Prey et la fantabuleuse histoire d’Harley Quinn ».
  • Margot Robbie, dans la peau d'Harley Quinn, donne la réplique à une bande d’actrices complices.
  • Ces dames s’allient pour mettre en échec un mafieux cruel incarné par Ewan McGregor.

N’allez pas croire que Birds of Prey et la fantabuleuse histoire d'Harley Quinn est un film uniquement centré sur la copine du Joker. La pétillante Harley Quinn, incarnée par Margot Robbie, fait certes partie de l’aventure, mais elle en est surtout la narratrice un brin brouillonne.

Elles ne sont pas moins de cinq filles au centre de l’action pour lutter contre le vénéneux Roman Sionis (Ewan McGregor) et essayer de récupérer (par les voies naturelles) le diamant qu’une adorable pickpocket a avalé après le lui avoir dérobé. « Il n’y a aucune raison pour que les femmes ne soient pas capables de faire des films de superhéros », estime la réalisatrice  Cathy Yan dans le dossier de presse. 20 Minutes explique sans spoiler ce qui se trame derrière ce Birds of Prey.

Des femmes fortes

Harley Quinn doit s’assumer seule maintenant qu’elle n’a plus « Mister J. » dans sa vie. Elle croise sur son chemin celles qui vont constituer le noyau dur des « Birds of Prey », trio de justicières. Huntress (Mary Elizabeth Winstead), Montoya ( Rosie Perez) et Black Canary ( Jurnee Smollett-Bell) sont tout aussi attachantes que la gamine voleuse et constipée jouée par  Ella Jay Basco qui fait ses débuts à l’écran.

Des bagarres musclées

Chad Stahelski, réalisateur de la saga John Wick, a été appelé aux côtés de Cathy Yan dans le but de  muscler les scènes d'action. Poursuites en voitures décoiffantes et affrontements dans un parc d’attractions désaffecté sont au menu. Ces dames ne s’en laissent pas conter quand il s’agit de se débarrasser des sbires aux mines patibulaires. Batte de baseball, maillet, grenades ou arbalètes sont mises à contribution.

De la solidarité féminine

Vont-elles s’entendre, l’ex-méchante tentant de refaire sa vie, la policière déterminée, la chanteuse asservie par un mafieux, la justicière ivre de vengeance et la gamine kleptomane ? Le pari n’est pas évident et pourtant, c’est en unissant leurs forces qu’elles pourront se tirer d’affaire. Même si elles doivent prendre beaucoup sur elles pour ne pas s’entre-tuer.

Des la « badasserie » comme promis

C’est ce que promet l’affiche de Birds of Prey et c’est bien ce que donne le film. Ces héroïnes sont de celles qui ne veulent plus que les hommes régissent leurs vies. Quand Harley Quinn déclare que c’est d’elle qu’on doit désormais avoir peur en lieu et place du Joker, le spectateur est vite convaincu. Ses copines et elle sont dangereuses sans perdre une once de féminité, badass comme il faut, ce qui en fait des héroïnes sacrément modernes.