Bafta : A une semaine des Oscars, « 1917 » de Sam Mendes triomphe à la cérémonie britannique

RÉCOMPENSES Le film de guerre a remporté sept Bafta dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur

20 Minutes avec AFP

— 

Lors des Bafta, ce dimanche 2 février 2020. Sam Mendes est au centre.
Lors des Bafta, ce dimanche 2 février 2020. Sam Mendes est au centre. — Joel C Ryan/AP/SIPA

A une semaine des Oscars américains, le film d’action historique 1917 de Sam Mendes a triomphé dimanche soir à Londres au cours de la cérémonie des récompenses britanniques du cinéma, battant à plate couture Joker, un énorme succès au box-office qui partait favori. Déjà récompensé aux Golden Globes, le film de guerre a remporté sept Bafta et notamment ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur. « Enthousiaste » devant le succès de son film très personnel inspiré des histoires de son grand-père, Sam Mendes a déclaré ressentir « évidemment un plaisir personnel » à ce qu’une « histoire proche de (sa) famille se soit développée et amplifiée » à ce point.

A contrario, c’est la déception pour Joker, donné grand favori avec 11 nominations mais qui se contente de trois prix, ou pour The Irishman, bredouille, produit par Netflix, alors que la plateforme avait démontré sa place incontournable l’an dernier en raflant les principaux prix pour Roma d’Alfonso Cuaron.

Joaquin Phoenix et Renée Zellweger couronnés

Joaquin Phoenix, impressionnant et inquiétant dans son incarnation du personnage éponyme, a tout de même été couronné du titre du meilleur acteur par la British Academy of Film and Television Arts (Bafta), face à Leonardo DiCaprio (Once Upon a Time… in Hollywood), Adam Driver (Marriage Story), Taron Egerton (Rocketman) et Jonathan Pryce (Les deux Papes). La star du film de Todd Phillips était arrivée en smoking et lunettes de soleil sur le tapis rouge du Royal Albert Hall, suivi d’Hugh Grant, d’Al Pacino, de Scarlett Johansson ou encore du prince William, le président d’honneur de l’institution.

Côté femmes, l’Américaine Renée Zellweger a remporté le Bafta de la meilleure actrice pour son interprétation de la légendaire comédienne Judy Garland, bouleversante en fin de carrière, dans le biopic Judy. Elle s’est en particulier imposée face à Jessie Buckley (Wild Rose), Scarlett Johansson (Marriage Story), Saoirse Ronan (Les Filles du docteur March) et Charlize Theron (Scandale).

Absence « exaspérante » d’acteurs noirs

Les Baftas ont montré leur souci de la crise climatique en renonçant aux sacs de petits cadeaux peu respectueux de l’environnement et en dépliant un tapis rouge en matériaux recyclés. Mais cette sélection a été vivement critiquée pour son manque de diversité. Le lauréat Joaquin Phoenix a lui-même profité de son discours pour rappeler son statut de « privilégié » par rapport à ses collègues noirs : « Nous envoyons un message très clair aux personnes de couleur, à savoir que vous n’êtes pas les bienvenus ici », a-t-il dénoncé, appelant à « faire le travail difficile pour vraiment comprendre le racisme systémique ».

Peu avant la cérémonie, la présidente des Bafta Pippa Harris a elle-même déploré l’absence de nominations de femmes dans la catégorie meilleur réalisateur, alors qu’elles « représentent l’avenir de l’industrie », jugeant par ailleurs « exaspérant » et « décevant » qu’aucun acteur noir n’ait été nommé au sein des principales catégories. Elle a promis un « examen de grande envergure », qui se « penchera sur tout ce qui concerne le processus d’attribution des prix », jugeant toutefois qu’il s’agissait d’un « problème à l’échelle de toute l’industrie » du cinéma, dont les récompenses ne sont que le dernier échelon.