« La Voie de la justice » : « Nous vivons une époque de plus grande diversité grâce au cinéma militant », estime Michael B. Jordan

JUSTICE Michael B. Jordan et Jamie Foxx rendent hommage à un avocat militant pour la cause de prisonniers injustement condamnés à mort dans « La Voie de la justice » en salle ce mercredi

Caroline Vié

— 

Michael B. Jordan et Jamie Foxx dans «La voie de la justice» de Destin Daniel Cretton
Michael B. Jordan et Jamie Foxx dans «La voie de la justice» de Destin Daniel Cretton — Warner Bros France
  • « La Voie de la justice » est basé sur l’histoire vraie de l’avocat Bryan Stevenson.
  • Michael B. Jordan incarne cet homme courageux tentant de sauver un homme injustement condamné à mort.
  • C’est Jamie Foxx, méconnaissable, qui incarne ce détenu menacé de la chaise électrique, dans ce film militant.

Si les termes « inspiré d’une histoire vraie » peuvent agacer, celle que raconte La Voie de la justice de Destin Daniel Cretton, réconcilie le spectateur avec ce concept. Le combat de l’avocat Bryan Stevenson pour sauver des détenus innocents – et souvent noirs – de la chaise électrique passionne comme un bon thriller.

« Je ne suis pas un héros car j’ai juste agi selon ma conscience, confie Bryan Stevenson à 20 Minutes. Les choses ont évolué dans le bon sens depuis les années 1980 bien qu’il reste encore des progrès à faire. » L’avocat ne cache pas sa fierté d’être incarné par Michael B. Jordan dans le film. Avec l’aide de l’activiste Eva Ansley ( Brie Larson), il vole au secours de Walter McMillian ( Jamie Foxx, méconnaissable), injustement condamné à mort pour le meurtre d’une jeune femme.

Un authentique superhéros

« Comment ne pas se sentir concernés par cette histoire quand on est un homme noir ?, explique à 20 Minutes l'acteur  Michael B. Jordan. Elle pourrait arriver à chacun d’entre nous et il est bon de profiter de notre notoriété pour réveiller les consciences. » Le comédien, vu notamment dans Fruitvale Station et les deux Creed et Black Panther, croit en sa représentativité au sein de la communauté afro-Américaine. « J’estime qu’il est de mon devoir de parler de ce qu’ont vécu les noirs et de ce qu’ils subissent encore en rendant hommage à Bryan Stevenson, authentique superhéros de notre temps. »

« Tout le monde n’est pas raciste, ajoute Jamie Foxx, oscarisé pour Ray et héros de Django Unchained. Mais une piqûre de rappel sur les inégalités que subissent les Noirs notamment dans le système judiciaire américain, me semble une bonne chose. » La Voie de la justice, inspiré du livre A Story Of Justice And Redemption de Bryan Stevenson, montre comment la pauvreté peut influer sur les verdicts. « Des gens comme Bryan Stevenson redonnent foi en l’être humain, insiste Jamie Foxx. Son exemple est important même si on n’est pas américain. »

Une brèche pour la diversité

Les deux comédiens se félicitent d’expliquer que La Voie de la justice a été facilement financé. « C’est Black Panther qui a tout changé, précise Jamie Foxx. Son succès a enfin fait comprendre à Hollywood que les peaux noires ou marrons n’étaient pas un poison pour le box-office. » Des œuvres comme Get Out et Us de Jordan Peele ont contribué à enfoncer le clou. « Nous vivons une époque de plus grande diversité grâce à un cinéma militant mais il ne faut pas laisser la brèche se refermer », martèle Michael B. Jordan. La Voie de la justice contribue à la laisser largement ouverte.