Studio Ghibli : Comment aborder au mieux les 21 films proposés sur Netflix à partir du 1er février ?

ANIMATION Netflix a obtenu les droits de diffusion de 21 films du studio d’animation japonais et ils seront disponibles à partir du 1er février

Caroline Vié

— 

«Mon voisin Totoro» de Hayao Miyzaki
«Mon voisin Totoro» de Hayao Miyzaki — Studio Ghibli
  • Le studio Ghibli s’est fait connaître par les films de ses fondateurs, Hayao Miyazaki et Isao Takahata.
  • Netflix offre à ses abonnés de déguster leurs œuvres et celles de leurs disciples qui seront mises en ligne progressivement sur la plateforme.
  • Cohérent, mais varié, le catalogue du studio permet de doser et diversifier les plaisirs.

C’est un cadeau bien plus gros que le petit paquet que tend Totoro sur la photo d’illustration qu’offre Netflix à ses abonnés français à à partir du 1er février. Vingt-et-un films du mythique studio japonais d’animation  Ghibli (oui, celui de Hayao Miyazaki) seront mis en ligne sur la plate-forme pour tous les pays à l’exception des Etats-Unis, du Canada, du Japon et de la Chine.

Comment se retrouver dans cette offre pléthorique quand on ne connaît pas bien ou pas du tout la production de ce temple de l’anime (animation japonaise) fondé en 1985 ? Comment choisir les œuvres à découvrir en premier ? 20 Minutes aide le néophyte à effectuer son choix même s’il faut reconnaître que Netflix fait bien les choses en ne lâchant pas tous les films d’un seul coup. On pourrait presque dire que la plateforme mâche le travail pour une initiation toute en douceur.

En famille !

Proposés pour la première fournée disponible le 1er février, Mon voisin Totoro (1988), Porco Rosso (1992) ou encore Kiki la petite sorcière (1989) de Hayao Miyazaki . Ces contes magiques sont parfaits pour une première approche de l’œuvre du maître. Totoro (notre favori, qui est également devenu l’emblème du studio) fera la joie des spectateurs dès leur plus jeune âge en raison de sa poésie de son absence de méchant. L’adorable Kiki et le craquant aviateur Porco Rosso font aussi partie des héros les plus accessibles de Miyazaki-san. Ils seront rejoints par le très enfantinPonyo sur la falaise (2009), le 1er avril.

Belles aventurières et pastels envoûtants

Le 1er mars, l’atmosphère est à l’aventure. Nausicaä de la vallée du vent (1984), Princesse Mononoké (1997) et l’oscarisé Le Voyage de Chihiro (2001) présentent des héroïnes fortes qui ont communiqué leur identité au studio tant elles sont emblématiques de l’univers d’Hayao Miyazaki. Le cofondateur de Ghibli, Isao Takahata, décédé en 2018, signe des films plus délicats avec Mes voisins les Yamada(1999) et Le conte de la princesse Kaguya (2013) enchantements aux teintes pastel dans lequel ce fin lettré décrit son pays avec humour et poésie.

Plus ardus mais tellement bons…

A moins qu’il ne soit définitivement réfractaire au studio Ghibli ce qu’on ne saurait imaginer, le spectateur initié est désormais fin prêt, le 1er avril, pour plonger dans des longs-métrages merveilleux mais un peu plus difficiles d’accès comme Le Château ambulant (2004) ou Le Vent se lève (2013), dans lequel Hayao Miyazaki s’interroge sur la vieillesse et la création. Dans le même registre du film de guerre, Le Tombeau des lucioles, chef d’oeuvre absolu d’Isao Takahata est déjà disponible depuis décembre 2019. Du même Takahata-san, on savourera  Pompoko (1994), lui aussi capable de faire verser des larmes à un caillou tant son message écologique est poignant pour faire partager les aventures de tanukis ( chiens viverrins) menacés par l’urbanisation.

Sur les traces des maîtres

Il est impossible de rivaliser avec Hayao Miyazaki et Isao Takahata mais quelques cinéastes, ayant souvent fait leurs armes en tant qu’animateurs au studio, ont pourtant essayé. Le Royaume des chats (2002) de Hiroyuki Morita et Arrietty, le petit monde des chapardeurs (2010) et surtout les surprenants Souvenirs de Marnie de Hiromasa Yonebayashi méritent le détour, tout en se rapprochant du style du maître Miyazaki. Les contes de Terremer (2007) et La Colline aux coquelicots de Goro Miyazaki (le propre fils d’Hayao-san) et Si tu tends l'oreille (1995) de Yoshifumi Kondo combleront aussi les amoureux du Japon.

Se régaler pour patienter

Que l’on décide de procéder par ordre ou de piocher intinctivement au gré des ses envies, les films du studio Ghibli ont tout ce qu’il faut pour enchanter. Et faire patienter jusqu’au prochain long-métrage d’Hayao Miyazaki, Kimitachi wa dô ikiru ka (qu’on peut traduire par « Comment vivez-vous ? »), sur lequel le réalisateur de 79 printemps planche actuellement et dont la date de sortie n’est pas encore dévoilée.

Déjà disponible :

  • Le Tombeau des lucioles (1988)

1er février 2020 :

  • Le Chateau dans le ciel (1986)
  • Mon Voisin Totoro (1988)
  • Kiki la petite sorcière (1989)
  • Souvenir goutte à goutte (1991)
  • Porco Rosso (1992)
  • Je peux entendre l’océan (1993)
  • Les Contes de Terremer (2006)

1er mars 2020 :

  • Nausicaä de la vallée du vent (1984)
  • Princesse Mononoké (1997)
  • Mes voisins les Yamada (1999)
  • Le Voyage de Chihiro (2001)
  • Le Royaume des chats (2002)
  • Arrietty, le petit monde des chapardeurs (2010)
  • Le Conte de la princesse Kaguya (2013)

1er avril 2020 :

  • Pompoko (1994)
  • Si tu tends l’oreille (1995)
  • Le Château ambulant (2004)
  • Ponyo sur la falaise (2008)
  • La Colline aux coquelicots (2011)
  • Le vent se lève (2013)
  • Souvenirs de Marnie (2014)