VIDEO. « Une belle équipe »: Au cinéma, l’union fait la force et la différence fait le reste

ESPRIT D'EQUIPE Au cinéma, les équipes les moins aguerries réservent souvent de belles surprises, comme en témoignent les footballeuses d'« Une belle équipe » en salle ce mercredi

Caroline Vié

— 

«Une belle équipe»
«Une belle équipe» — Gaumont
  • « Une belle équipe » de Mohamed Hamidi s’inscrit dans la tradition des films de « Underdogs » ou « Outsiders ».
  • Des footballeuses auxquelles personne ne croit s’y illustrent brillamment.
  • Le public adore voir celles ou ceux qu’on jouait perdants se surpasser pour remporter la victoire.

De prime abord, il aurait été difficile de parier une cacahuète sur les succès sportifs des joueuses d’Une belle équipe de Mohamed Hamidi. Ces femmes qui reprennent une équipe après l’exclusion des hommes de leur village prouvent, balle au pied, qu’elles peuvent en remontrer aux messieurs.

Mais ce n’est pas la première fois que le thème de l’underdog ou de l’outsider fait vibrer le 7e Art, comme récemment Le Grand bain et Les Crevettes pailletées. Il est si satisfaisant de voir des équipes auxquelles on ne croyait pas damer le pion à des sportifs plus aguerris mais souvent arrogants. Bon, ça tue un peu le suspens, mais cela fait toujours la joie de spectateurs qui ont tôt fait de s’identifier à celles et ceux qui, à force de courage, de malice et de ténacité, balayent toutes les idées reçues pour s’imposer sur les terrains et au ciné.