Elsa Zylberstein : « La maturité me réussit et rend mes choix plus sûrs »

AMOUREUSE La comédienne apparaît deux fois amoureuse, dans « Je ne pense qu’à vous » et dans « Selfie » en salles ce mercredi

Caroline Vié

— 

Elsa Zylberstein dans «Je ne rêve que vous» de Laurent Heynemann
Elsa Zylberstein dans «Je ne rêve que vous» de Laurent Heynemann — Mazel productions
  • Dans « Selfie », Elsa Zylberstein joue une enseignante amoureuse d’un youtubeur.
  • Dans « Je ne rêve que de vous », elle se glisse dans la peau de Janot Reichebach qui risqua tout par amour pour Léon Blum.
  • Ces deux rôles de femmes amoureuses marquent le grand retour de la comédienne dans des personnages passionnés.

 

Elsa Zylberstein est doublement à l’affiche cette semaine dans Je ne rêve que de vous de Laurent Heynemann et dans Selfie, film à sketchs dont les personnages se laissent engloutir par Internet et les réseaux sociaux. « Les deux films ont pour point commun que j’incarne une femme amoureuse », explique la comédienne à 20 Minutes.

Dans le film de Laurent Heynemann, inspiré d’un livre de Dominique Missika (éditions Robert Laffont), elle se glisse dans la peau de Jeanne Reichenbach (1899-1982), surnommée Janot, qui abandonna mari et enfants par amour pour Léon Blum, qu’elle épousa lorsqu’il fut prisonnier dans le camp de Buchenwald.

Dans le segment « Le Troll » du film Selfie, elle joue sous la direction de  Marc Fitoussi une prof de lettres qui s’éprend d’un youtubeur interprété par Max Boulbil. « Il y avait longtemps qu’on ne m’avait pas offert de rôles aussi puissants », avoue l’actrice.

Comprendre ses personnages

Elsa Zylberstein est tout aussi à l’aise qu’il s’agisse de donner vie à un personnage historique ou de fiction. « C’est important de montrer des femmes fortes à l’écran, qu’elles aient existé ou pas », déclare la comédienne. Et ces deux héroïnes entrent gaillardement dans cette catégorie : Janot Reichenbach est prête à se sacrifier par passion pendant la Seconde Guerre mondiale tandis que l’enseignante de Selfie se laisse séduire via les réseaux sociaux au risque d’avoir le cœur brisé par un homme plus jeune qu’elle. La quinquagénaire a embrassé les deux personnages avec passion mais elle avoue avoir un faible pour Janot. « C’est la plus courageuse. Elle prend tous les risques, peut-être parce qu’elle doit agir dans un monde qui ne fait pas de cadeaux, ni aux femmes, ni aux Juifs. »

Entre réalité et fiction

La scène où Janot Reichenbach rend visite à Pierre Laval (excellent Philippe Torreton) pour demander à rejoindre son amant déporté est particulièrement bouleversante. « Je me sentais une lourde responsabilité à l’idée de redonner vie à une figure historique de cette ampleur, reconnaît-elle. Ce film évoque les camps de concentration et l’antisémitisme, deux sujets sur lesquels il est toujours important de revenir. »

2020, année Zylberstein ?

2020 pourrait bien être une année décisive pour Elsa Zylberstein qui a été choisie par Olivier Dahan pour incarner Simone Veil dans Simone, une femme siècle. « Je crois que la maturité me réussit en me rendant plus sûre de mes choix », confie-t-elle. On ne peut qu’être d’accord avec elle sur ce point.