Vincent Cassel : « Je n’étais presque jamais dans l’eau à part le matin sous ma douche »

INTERVIEW L’acteur français évoque son rôle et sa rencontre avec Kristen Stewart, sa partenaire dans « Underwater » en salle ce mercredi

Caroline Vié

— 

Kristen Stewart et Vincent Cassel dans «Underwater» de William Eubank
Kristen Stewart et Vincent Cassel dans «Underwater» de William Eubank — 20th Century Fox
  • Les héros d'« Underwater » tentent de remonter à la surface après que leur base sous-marine a été détruite.
  • Vincent Cassel et Kristen Stewart incarnent des survivants de la catastrophe qui sont confrontés à des créatures voraces.
  • L’acteur trouve un nouveau rôle original dans ce film d’horreur.

Dans Underwater de William Eubank, un groupe de scientifiques fait le grand plongeon. Un tremblement de terre met leur base de forage en péril et les voilà contraints d’essayer de survivre sous l’eau en essayant de remonter à la surface.

Vincent Cassel incarne le capitaine d’une équipe dans laquelle on reconnaît Kristen Stewart et T.J. Miller. Ce petit film d’horreur fait passer de joyeux frissons en confrontant les héros à des créatures pas vraiment amicales. Une bonne occasion pour 20 Minutes de retrouver Vincent Cassel.

Pourquoi avez-vous accepté de tourner dans ce film ?

Je n’avais jamais tourné dans un film d’horreur américain et on ne m’avait jamais confié un rôle de figure paternelle comme celui du héros que j’incarne. Ces deux éléments m’ont séduit. J’aime bien l’idée de varier les plaisirs, que les spectateurs se demandent ce que je fais là. J’ai l’impression de redécouvrir mon métier de cette façon.

C’était compliqué de tourner sous l’eau ?

En fait, je n’étais presque jamais dans l’eau à part le matin sous ma douche ! On a filmé au sec, tout a été créé en postproduction et j’ai été le premier surpris par le résultat ! Les créatures qui nous poursuivent ont vraiment un look étonnant. Ma fille de 9 ans a adoré quand je l’ai emmenée voir le film.

Elle était ravie de voir son papa se faire traquer par des monstres ?

En fait, je ne crois pas qu’elle fasse attention à moi. J’étais comme elle autrefois quand on me traînait voir des films avec mon père Jean-Pierre Cassel. Il m’arrivait de m’ennuyer ferme et de me demander pourquoi il ne jouait pas des rôles comme Tarzan ou Batman. Underwater est un film qui peut plaire à mes enfants, les rendre fiers de moi.

Comment s’est passée votre collaboration avec Kristen Stewart ?

C’est une immense actrice et une fille formidable qui n’a pas sa langue dans sa poche. Mais être une star internationale comme elle n’est pas toujours facile. Elle subit les pressions d’un système américain qui peut être très lourd quand on en dépend. Bien que nous ne soyons pas de la même génération, nous nous sommes bien entendus.

Ne serait-elle pas la véritable héroïne du film ?

Il était temps qu’on donne ce type de rôles à des femmes. Moi, je suis habitué à voir les femmes me dominer, car je suis papa de trois filles ! Pour autant, je refuse les diktats du politiquement correct : si quelqu’un me semble dire une bêtise, je réagis de la même façon quel que soit son genre.

Verriez-vous l’une de vos filles, ou les trois, devenir actrices ?

Je ne les pousse pas, bien que ce soit une jolie façon de gagner sa vie quand on aime ce métier. Je préviens mes enfants qu’il ne faut pas se laisser leurrer : la profession d’acteur est de faire paraître extraordinaire ce qui ne l’est pas. Il faut se remettre constamment en question.

Le succès des « Misérables » vous a-t-il rappelé celui de « La Haine » ?

Je ne suis ni nostalgique, ni passéiste ! Je suis simplement fier de Ladj Ly que je soutiens depuis ses débuts et que je considère comme un frère. Son parcours prouve que tout est possible quand on fait preuve de volonté et qu’on bosse. J’ai adoré.