« Les Enfants du temps »: Le réalisateur de « Your Name » s'attaque au dérèglement climatique

ANIMATION Le cinéaste japonais Makoto Shinkai livre un conte écologique d’une stupéfiante beauté, « Les Enfants du temps », en salle ce mercredi

Caroline Vié

— 

«Les Enfants du temps» de Makoto Shinkai
«Les Enfants du temps» de Makoto Shinkai — Bac Films
  • Dans un Japon menacé par les intempéries, une jeune fille possède l’étrange pouvoir de faire revenir le soleil.
  • « Les Enfants du temps » confirme le talent du réalisateur de « Your Name », succès surprise au Japon en 2016.
  • Ce conte au fort contenu écologique est aussi une belle histoire d’amour.

Makoto Shinkai ne s’est pas laissé intimider par son succès surprise au Japon pour Your Name en 2016. Les Enfants du temps, fable écologique et poétique, démontre que le réalisateur quadragénaire reste au meilleur de son talent pour emporter le spectateur dans un monde onirique.

La rencontre d’un aspirant journaliste et d’une jeune femme dotée d’étranges pouvoirs paranormaux s’épanouit sur un conte écologique et une réflexion sur les sacrifices individuels auxquels il faut parfois consentir pour le bien général. « Rien ne vaut une histoire d’amour pour attirer l’attention du public, confie Makoto Shinkai à 20 Minutes. Surtout au Japon où les films à message font fuir les spectateurs. »

Catastrophes naturelles à Tokyo

C’est dans sa ville, Tokyo, que le réalisateur a choisi de faire évoluer ses héros, tandis que la mégapole subit des pluies diluviennes qui pourraient bientôt l’engloutir. « Nous avons subi beaucoup de catastrophes naturelles au Japon. C’est un sujet que j’avais envie d’aborder car c’est un problème qui me préoccupe et que beaucoup de Japonais préfèrent l’ignorer », reconnaît le cinéaste. La solution qu’offre le film est peu commune : il s’agit des prières de l’héroïne qui peut arrêter les perturbations météorologiques par la seule force de sa volonté.

Une vision superficielle

« Cette légende de prêtresses du temps qui contrôlent la météo me fascine, avoue le cinéaste. Je reconnais que j’ai été surpris qu’elle touche le public occidental qui y a vu une symbolique que les Japonais n’ont pas considérée, peut-être parce qu’elle les touche de plus près », déclare Makoyo Shinkai. Selon lui, la plupart des spectateurs nippons ont considéré son histoire de façon superficielle en se concentrant plus sur la relation amoureuse entre les deux jeunes que sur le contexte catastrophique dans lequel elle prend racine.

La beauté avant tout

Des images fantastiques de Tokyo sous les eaux comme des plans magiques de la ville et de la campagne ensoleillées donnent aux Enfants du temps la faculté de nous faire voyager. « La beauté est ma principale préoccupation quand je réalise un film et celui-ci est un cri d’amour au Japon et à Tokyo tout autant qu’un conte écologique. Chacun peut y piocher ce dont il a envie », martèle Makoto Shinkai. Son sens du romantisme et de la poésie est un atout majeur pour envoûter tous les publics.