« Star Wars » : Les Jedi seraient-ils en réalité des yogis ?

OM Que la Force… Euh non, le Prāṇa soit avec vous

Aude Lorriaux

— 

Yoda
Yoda — CATERS/SIPA
  • Des profs de yoga analysent pour 20 Minutes les ressemblances entre leur discipline et la philosophie Jedi.
  • Présence à soi, patience, pratique de la méditation, postures d’équilibre… Nombreux sont les points communs entre ce qui est exigé des jeunes padawans et des élèves de yoga.
  • Les pouvoirs des yogis mentionnés dans les textes classiques ressemblent d’ailleurs étrangement à ceux des Jedi.

Actualité et professionnalisme obligent, il a bien fallu voir ou revoir récemment tous les épisodes de Star Wars ces derniers temps. Et pour une pratiquante du yoga depuis douze ans, une chose frappe alors : bon sang mais c’est bien sûr, les Jedi sont des yogis ! Et je ne suis pas la seule visiblement. Sur Twitter ou Instagram fleurissent des photos où des personnages de la saga sont vus en train de faire des postures de yoga, sous le hashtag #yogastarwars. Une artiste américaine, Nicole Heere, en a même fait toute une série. Des connaisseurs et connaisseuses s’amusent aussi à citer des textes yogiques, et à les mettre en relation avec des phrases du film.

L’ex-rédactrice en chef du Yoga Journal, et autrice de Paris Yoga, Anaïs Joseph, nous éclaire : « Je m’étais fait aussi cette remarque en revoyant des épisodes. Je trouvais qu’il y avait des choses qui faisaient écho, cela m’avait touchée ». Elle cite en exemple ce passage où Obi-Wan Kenobi enseigne à manier le sabre laser à son padawan Luke, à bord du Millenium Falcon. « Laisse-toi guider seulement par ton intuition », lui dit le maître, en l’enjoignant à sentir par autre chose que par ses sens. Ce qui rejoint l’attitude méditative.

Plus tard, dans l’épisode V, maître Yoda forme Luke Skywalker sur la planète Dagobah. On voit le vieux sage demander à son protégé de faire des exercices d’équilibre, et quelque chose qui se rapproche fortement de ce qu’on appelle en yoga des « postures inversées » (la tête à l’envers donc). Il lui demande aussi de se concentrer, et de rester dans le présent, comme dans la méditation yogique… Et Nicole Heere, jointe par e-mail, de citer ce passage, dans la même séquence :

« Un Jedi doit avoir l’engagement le plus profond, l’esprit le plus sérieux ; (parlant de Luke à Obi-Wan, invisible) Celui-ci, il y a très longtemps que je l’observe. Et toute sa vie il a regardé vers l’avenir, vers l’horizon, jamais eu l’esprit là où il était… A ce qu’il faisait. L’aventure ! L’agitation ! Ces choses, un Jedi ne les désire point. (se tournant vers Luke) Tu es insouciant. »

Les pouvoirs des yogis

L’un des éléments centraux de la philosophie Jedi, la Force, ressemble beaucoup au « Prana » en yoga, « l’énergie de vie contenue dans toute chose », explique Jacinthe Jyothirmayi (qui se présente sous son nom yogique), professeuse de yoga depuis une dizaine d’années et qui officie sur Twitter sous le nom de@Yogafleur.

Ecoutons maintenant Yoda, au moment où Luke essaie de dégager avec son seul mental son vaisseau embourbé dans la vase :

« Nous sommes des êtres illuminés, pas une simple matière brute, tu dois sentir la force autour de toi. Ici. Entre toi, moi, l’arbre la roche, partout, oui, oui, elle est même entre le sol et le vaisseau… ».

Le « jediisme » emprunte au bouddhisme, au taoïsme, au zen, aux philosophies présocratiques et aux théories de Joseph Campbell, un universitaire « obsédé par l’universalité des mythes ». Mais cela n’empêche pas de voir de nombreuses similitudes avec le yoga, que détaille Jacinthe Jyothirmayi : la relation entre le maître et son disciple (le yogin et le guru), les « pouvoirs » comme celui de détruire les ennemis ou d’entrer en lévitation, « décrits dans les textes les plus anciens du yoga », selon Jacinthe Jyothirmayi, ou encore l’idée que l’on peut se séparer de son corps physique à force d’entraînement.

« Les pouvoirs, tels que la prophétie, la capacité de déplacement à volonté, l’invisibilité, la prémonition, l’audition de l’inaudible, la possibilité d’entrer dans le corps d’autrui, (…) la lévitation, tous ces pouvoirs sont désormais accessibles au yogin », est-il écrit au chapitre III du Shiva Samitha, un texte classique. Avouez qu’on croirait lire un résumé des pouvoirs des Jedi !

« Celui qui chaque jour peut voir sa propre réflexion déployée dans le ciel est assuré d’une grande longévité et réussit à vaincre la mort (…) Cette discipline de l’image holographique peut être pratiquée à tout moment », conseille encore le Shiva Samitha, au chapitre V. Ne voyez-vous pas Luke Skywalker au moment de la bataille avec Kylo Ren, à la fin de l’Episode VIII, juste avant de mourir ?

Yoda – Yoga

Comme le yoga, la philosophie Jedi met en garde sur l’effet des pensées négatives. C’est parce qu’Anakin a peur de perdre sa mère, et qu’elle lui manque, qu’il n’est pas admis dans le Conseil des Jedi. C’est aussi parce qu’il a peur de perdre sa bien-aimée Padmé qu’il succombe au côté obscur de la force. Au contraire dans le yoga comme dans Star Wars sont mises en avant les notions de confiance, de patience, de service désintéressé, autrement appelé « Karma yoga ».

Faisant référence à un autre type de yoga, le Raja yoga, Anaïs Joseph estime qu’on peut rapprocher ses huit étapes principales de beaucoup des préceptes Jedi. Dans les règles de vie qui en constituent la première étape, il est ainsi recommandé de « ne pas mentir, respecter sa parole » et de « maîtriser ses désirs », ce que recommande le Conseil des Jedi à Anakin, qui a en principe interdiction d’avoir une relation avec Padmé. Ces huit étapes recommandent aussi la discipline, la science du souffle, l’écoute sensorielle intérieure, ou encore le pouvoir de la concentration. Toutes choses que Luke essaie de transmettre brièvement à la jeune Rey, dans l’Episode VIII.

« Et puis le nom même de Yoda ressemble étrangement au mot yoga, non ? », plaisante Jacinthe Jyothirmayi, qui trouve que la respiration « contrôlée » de Dark Vador « est très semblable au son de « ujjayi pranayama », la respiration du souffle victorieux ».

La comparaison a tout de même ses limites, pointent nos enseignantes. La dichotomie entre le bien et le mal « est plus liée à une pensée occidentale » qu’à une pensée yogique, estime Jacinthe Jyothirmayi, dans la mesure où « le but du yoga est de transcender toute dualité ». Dans le même ordre d’idée, le yoga ne s’acoquine que moyennement avec la guerre, et les yogis ne sont pas censés frapper ceux qui les frappent… « George Lucas a utilisé énormément de philosophie asiatique mais il y a quelque chose de très américain dans la saga » estime la professeuse de yoga. Ceci dit, on pourrait aussi regarder Star Wars comme une grande entreprise pour dépasser la dualité, et comme une guerre symbolique, intérieure… On ne veut pas spoiler, mais cette question est justement au centre de l’intrigue de L’Ascension de Skywalker, l’Episode IX qui vient de clore la saga.