VIDEO; « Star Wars »: « Je n'aurais imaginé que j’allais lui prêter mon corps et ma voix pendant plus de 40 ans », estime l'interprète de C-3PO

INTERVIEW Anthony Daniels, l’interprète du robot C-3PO, s’est confié à « 20 Minutes » avant la sortie de « Star Wars : L’ascension de Skywalker », en salle ce mercredi

Caroline Vié

— 

Anthony Daniels en octobre 2019 à l'hôtel Bristol
Anthony Daniels en octobre 2019 à l'hôtel Bristol — C.Vié
  • Anthony Daniel, 73 ans, est le seul acteur à avoir joué dans tous les films de la saga « Star Wars ».
  • Son costume de C-3PO a évolué au fil des années.
  • Il est reconnaissant aux fans pour leur enthousiasme.

Il est le seul acteur à avoir joué dans tous les épisodes de Star Wars. Anthony Daniels, 73 printemps, s’est glissé dans le costume de C-3PO pour la première fois dès 1977 pour Star Wars : Un nouvel espoir de George Lucas et l’endosse de nouveau pour L’Ascension de Skywalker de J.J. Abrams.

Toujours souriant et doté d’un délicieux accent anglais, le comédien est revenu sur ce rôle qui a changé sa vie et sa carrière. Il a publié ses mémoires , I Am C-3PO, en novembre dernier et est depuis longtemps un favori des fans pour lesquels il fait le show en convention. De passage à Paris en octobre, il s’est confié à 20 Minutes avec son humour et sa courtoisie habituels avant la sortie du neuvième volet de la saga.

Si on vous ouvrait le crâne, pourrait-on lire ce qui se passe à la fin de « Star Wars » ?

Cela vous serait impossible pour plusieurs raisons. Déjà, je n’ai pas encore vu le film. Ensuite, j’oublie très vite tout ce que j’ai tourné. Et surtout, je déteste les gens qui font des spoilers car ils gâchent le plaisir des autres. C’est une façon de se rendre intéressant que je trouve scandaleuse. Je suis si habitué à garder le secret sur Star Wars et ce, depuis si longtemps, que la discrétion est une seconde nature chez moi.

Comment êtes-vous arrivé sur la saga ?

Au départ, mon agent a dû batailler pour que j’accepte de rencontrer George Lucas. Je ne voulais pas du rôle ! Ce n’est qu’après avoir parlé avec George et vu le design de C-3PO que je suis tombé amoureux de ce robot si humain. J’ai adoré le fait qu’il soit le seul à avouer avoir peur au milieu d’aventuriers intrépides. Evidemment, quand j’ai signé en 1977, je ne pouvais pas imaginer que j’allais lui prêter mon corps et ma voix pendant plus de 40 ans.

Comment C-3PO a-t-il évolué au fil des années ?

Le costume est devenu plus pratique de film en film même si je continue à ne pas voir grand-chose quand je le porte. Il me faut beaucoup répéter afin de ne pas rentrer dans les décors ou dans mes partenaires quand j’ai le masque sur le visage. C’est toujours aussi frustrant pour moi. Mais l’Episode IX m’a apporté une belle amélioration : j’ai des mains articulées qui me permettent d’attraper des objets pour la première fois.

Vous avez donc moins souffert sur ce tournage ?

Je ne dirais pas ça. Je me souviens d’une scène où le décor était si exigu qu’on mourait de chaleur. On avait branché mon costume sur de l’eau glacée pour que je puisse me rafraîchir et à chaque fois qu’on m’en envoyait une giclée, j’avais l’impression de faire une crise cardiaque ! Cela dit, je ne me plains pas. Nous sommes tous galvanisés par l’enthousiasme de J.J. Abrams qui saute partout comme s’il avait encore 10 ans et qu’il découvrait Star Wars pour la première fois.

Et vous, êtes-vous resté fan ?

Si vous m’aviez vu à bord du Millennium Falcon dans l’une des attractions de Galaxy's Edge, le parc Disney Star War, vous seriez fixée ! J’avais vraiment l’impression de participer à l’action pour la première fois. Quand on est sur le plateau, rien ne bouge : on ne peut pas se rendre compte de ce que ça donne vraiment. J’étais comme un gosse : ravi !

Quelle a été la chose la plus difficile à faire pour le rôle ?

Au début, je n’avais personne pour me donner la réplique quand je jouais avec R2-D2 ce qui était très compliqué car je ne savais jamais quand et comment je devais réagir ! J’ai fini par m’inventer les répliques de mon partenaire ! Les choses n’ont vraiment évolué qu’avec BB-8 pour l’Episode VII. Le marionnettiste qui l’animait faisait « bip-bip » pour me guider avant de finir par me parler carrément afin de me faciliter les choses. Le seul problème était que j’avais tendance à regarder son visage plutôt que le robot en contrebas auquel j’étais censé causer.

Que ressentez-vous à l’idée d’avoir participé à tous les « Stars Wars » ?

Je ne sais jamais quoi répondre à cette question car je dois avouer qu’elle me donne le vertige. J’ai du mal à avoir une vue d’ensemble sur les films et sur mon personnage. Je sais que l’amour des fans nous a portés comme l’aurait fait la Force. Sans eux, je n’aurais pas de job et des centaines d’acteurs et de techniciens non plus ! Je crois que ce que je ressens le plus est un sentiment de profonde reconnaissance.

Pensez-vous que c’est la dernière fois qu’on verra C-3PO ?

Dans un film ? Probablement. Mais cela ne veut pas dire que c’est fini pour moi. Il peut encore vivre dans des shows et des émissions télévisées ! Et puis, les fans adorent lui redonner vie dans des versions parfois extrêmement sophistiquées. Certains sont si doués qu’ils se font engager pour l’équipe pour participer aux tournages. Je crois que les robots de Star Wars survivront largement à leurs interprètes et à leurs créateurs.