« Notre Dame »: Hommage à Paris et pari réussi de Valérie Donzelli

PATRIMOINE L'actrice et réalisatrice Valérie Donzelli donne libre cours à sa fantaisie pour montrer une capitale joyeuse dans « Notre Dame » en salle ce mercredi

Caroline Vié

— 

Valérie Donzelli et Bouli Lanners dans «Notre Dame» de Valérie Donzelli
Valérie Donzelli et Bouli Lanners dans «Notre Dame» de Valérie Donzelli — Ad Vitam
  • Valérie Donzelli se dirige dans le rôle d’une architecte chargée de réorganiser le parvis de la cathédrale.
  • « Notre Dame » est une comédie fantaisiste qui fait du bien au moral.

Notre Dame de Valérie Donzelli est la comédie idéale pour retrouver le moral avant les fêtes de fin d’année. Les aventures d’une architecte lunaire, dont le projet a été sélectionné pour rénover le parvis de la cathédrale, pétillent d’une bonne humeur communicative. Surtout quand l’affaire tourne au vinaigre face aux détracteurs de son concept farfelu.

« Le film a été tourné bien avant l’incendie, qui n’est survenu qu’au moment du montage », explique la réalisatrice à 20 Minutes. C’est donc devant une cathédrale intacte que Valérie Donzelli se retrouve, derrière et devant la caméra en architecte débordée par sa famille, ses amours et son boulot. Pierre Deladonchamps en prétendant capricieux, Bouli Lanners en collègue craquant et Thomas Scimeca en ex-mari envahissant sont mis au diapason de sa fantaisie.

Peur pour Notre-Dame

« J’ai choisi Notre-Dame car c’est un bâtiment religieux emblématique de la capitale et que le fait d’apporter des modifications à son parvis était obligatoirement générateur de polémiques, précise Valérie Donzelli. J’avais constamment peur qu’il arrive quelque chose à la cathédrale car je savais qu’elle avait été visée par des attentats. » Cette comédie tendrement barrée permet de retrouver un Paris fantasmé plein de joie et de lumière loin des angoisses de notre époque. « La ville a été tellement malmenée depuis 2015 que je souhaitais lui faire du bien », confie la cinéaste.

En image et en musique

« Mon film est une déclaration d’amour au Paris que j’aime », insiste la réalisatrice. Sa passion pour la ville s’exprime en image et en musique quand ses personnages poussent soudain la chansonnette ou s’envolent en scooter au-dessus des toits. « Toutes ces idées délirantes me viennent naturellement avant d’être retravaillées, raconte-t-elle. Chez moi, rien n’est calculé mais tout est réfléchi. » La maîtrise de la cinéaste ne fait aucun doute tant Notre Dame enchante visuellement. Le spectateur prend un plaisir décomplexé à se promener avec elle.

La fête pour les zygomatiques

Valérie Donzelli fait évoluer le public dans des décors en forme de parenthèses enchantées où les problèmes ne manquent pas. « Il y a beaucoup de Maud en moi et vice-versa ! Je comprends sa névrose qui consiste à essayer de tout gérer à la fois », dit-elle. Ce côté multitâche réussi à la jeune femme comme à son alter ego fictif. Notre Dame, drôle de comédie romantique aux allures de conte moderne, fait un bien fou à l’âme comme aux zygomatiques.