One Direction : Que vont devenir les membres du boys band de la décennie dans les années à venir ?

contrôle technique Entre 2010 et 2015, c'était le boys band immanquable. Cinq ans après leur « pause », les cinq anciens membres de One Direction ont pris des routes plus ou moins pratiquables

Alexis Patri

— 

Le groupe One Direction en 2012.
Le groupe One Direction en 2012. — Jordan Strauss/AP/SIPA

Un album le 6 décembre pour Liam Payne, un autre le 13 décembre pour Harry Styles (qui a au passage remplacé James Corden à l'animation de son late show), des singles en pagaille depuis la rentrée… Les anciens membres de One Direction tentent de faire l’actualité de la pop mondiale ces dernières semaines.

Le boys band de la décennie avait été révélé en 2010 par l’émission britannique X Factor. 50 millions d’albums vendus plus tard, Zayn Malik quittait le groupe en mars 2015. Puis Liam Payne, Harry Styles, Niall Horan et Louis Tomlinson le mettaient « en pause » en janvier 2016. Depuis, les cinq chanteurs (aujourd’hui âgés de 25 à 27 ans) tentent de se défaire de leur image de chanteurs pour adolescentes survoltées. Si l’après One Direction a pour certains tout d’une sortie de route, d’autres s’avèrent être d’intouchables as du volant.

Zayn Malik, à vitesse limitée

View this post on Instagram

@thekooples #zaynbythekooples

A post shared by Zayn Malik (@zayn) on

C’était le plus prometteur des cinq, parce que le premier à s’échapper du carcan 1D pour se lancer en solo. Mais malgré de bons débuts, la carrière de Zayn Malik stagne. Le tournant R & B engagé avec son premier album Mind of Mine, en 2016, est un succès mondial. Les fans ne lui tiennent rigueur de rien : ni son départ du groupe, ni de ses déclarations hostiles envers la musique du boys band dont il avoue n'avoir jamais voulu faire partie. Mais deux ans plus tard, l’élan de Zayn s’essouffle. Son second album Icarus Falls (pas vraiment marquant musicalement) se vend mal. Et les duos avec Sia et Nicki Minaj n’y font rien.

Le chanteur anglais aurait pu bifurquer vers la mode. Mais là encore, le carburant manque rapidement. En 2016, Zayn confirme un style pointu et entre au classement des 500 personnes les plus influentes de Business of Fashion. Mais au fil des ans l’ancien compagnon de la mannequin Gigi Hadid ne signe que quelques collections capsules et campagnes publicitaires. Sans s’imposer, ni en tant que créateur, ni en tant qu’icône. En 2019, Zayn a un peu disparu de l’actualité. Sauf quand son ancien collègue Harry Styles parle de lui comme du Ringo Starr du groupe.

Liam Payne, difficile démarrage en côte

La carrière solo de Liam Payne est tout juste sur le point de démarrer. Après la fin de One Direction, le chanteur a vécu deux années difficiles. Ce qui ne l’a pas empêché de devenir père d’un garçon nommé Bear (« ours » en anglais), en 2017. Il sort l’année suivante son premier disque solo, First Time, un EP de quatre titres.

Son premier album solo, LP1, n’est sorti que le 6 décembre dernier. Le jeune homme, aujourd’hui en couple avec la mannequin Maya Henry, y propose une pop teintée de R & B, très actuelle mais pas exceptionnelle. Le disque fait pour l’instant surtout parler de lui pour un titre accusé de fétichiser les femmes bisexuelles. Liam Payne va devoir vite gagner en tenue de route s’il veut poursuivre son chemin.

Harry Styles à toute berzingue

A l’aise comme dans une partie de Mario Kart, Harry Styles fait ces dernières années la course en tête. Il offre en 2017 une belle surprise avec son premier album solo. Succès critique, il se place en première position des ventes aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, au Mexique, en Corée du Sud et dans plusieurs pays d'Europe. Depuis, rien ne semble arrêter le jeune Britannique, qui a fait le choix d’une pop ambitieuse. Ce que confirme son deuxième album Fine Line, sorti le 13 décembre 2019, et dont les premiers singles sont des succès depuis plusieurs semaines. De fait, c’est le seul album d’un ancien 1D qui était vraiment attendu à la fois par la critique et le public.

Le chanteur se distingue également depuis deux ans en icône de mode influencée par Mike Jagger et David Bowie. Sans y croire, Harry Styles ne s’oppose pas à un retour du groupe. Il reprend de plus sur scène certains tubes de 1D, en les adaptant à son identité musicale actuelle. En évitant la rupture complète et l’attachement nostalgique, il parvient à tenir la distance parfaite avec son passé récent dans un boys band. Comme l’a fait un Robbie Williams avant lui, les années d’errances et d’excès en moins.

Louis Tomlinson en panne moteur

Devenu père d’un petit Freddie en janvier 2017, Louis Tomlinson est le seul ancien membre du groupe à n’avoir pas encore sorti d’album solo. Il y a bien eu quatre titres, publiés entre 2016 et 2017. Mais à trop avoir attendu pour mettre le contact, la machine semble désormais grippée.

Le chanteur doit dévoiler son premier album Walls le 31 janvier 2020. Sauf que l’emballement attendu ne vient pas. Ni aux Etats-Unis, ni au Royaume-Uni, ni ailleurs. Des quatre nouveaux singles sortis en 2019 (en mars, octobre, novembre et décembre), aucun ne décolle dans les charts. Louis Tomlinson a tout de même annoncé une tournée mondiale. Avec un unique arrêt en France, le 18 mars à l’Olympia.

Niall Horan roule sur la réserve

C’est peut-être la trajectoire la plus incompréhensible. Après l’aventure 1D, on pensait que Niall Horan se reconvertissait dans les affaires. En 2016, il lance en effet Modest Golf, une entreprise de management pour golfeurs professionnels. Pour finalement revenir à la musique en septembre 2017, date de sortie de son premier album solo, Flicker. Cette version vaguement folk de l’unviers des 1D se vend bien. Et décroche même un double disque de platine en Irlande, où Niall est né.

Pour lui, la route prendra une direction décisive en 2020. Ses deux récents singles sont passés totalement sous les radars. Le clip de Put a little love on me, sorti le 6 décembre, a fait 3 millions de vues en une semaine, quand le single d’Harry Styles sorti le même jour a fait plus du triple. Des éléments de mauvais augure pour son second album, prévu pour le début d’année prochaine. Pas étonnant donc que Niall soit de ceux qui évoquent  une reformation prochaine du groupe. C’est en tout cas tout le mal que Le Guardian lui souhaite.