Alain Chabat prépare un « Burger Quiz » spécial « Star Wars »... Un maître verrier du Mans fabrique des vitraux « Star Wars »...

FIL DE STAR WARS Chaque jour retrouvez les infos essentielles, et moins essentielles, sur la saga « Star Wars »

Mathilde Loire

— 

Le crossover le plus ambitieux de l'année.
Le crossover le plus ambitieux de l'année. — Burger Quiz/TMC

10 décembre 2019 (J -8)

La saga des Skywalker touche à sa fin. En attendant la sortie de Star Wars, épisode IX, le 18 décembre, 20 Minutes vous dit, chaque jour, tout ce qu’il faut savoir pour se préparer à la fin de la saga. Informations plus ou moins essentielles, rumeurs plus ou moins avérées et autres trucs de nerds : c’est le Fil de Star Wars.

L’image du jour : Encore un poster pour « L’Ascension de Skywalker »

Et il est joli !

Programme télé intergalactique : Un « Burger Quiz » spécial « Star Wars »

Les spectateurs de Burger Quiz le savent, Alain Chabat aime BEAUCOUP Star Wars. La saga est régulièrement citée dans l’émission humoristique, et le réalisateur d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre y a également fait référence dans son film culte.

Alain Chabat, qui imite très bien Chewbacca, va pouvoir s’en donner à coeur joie ce mercredi soir, une semaine pile avant la sortie de L’Ascension de Skywalker, dont il a teasé la thématique sur Instagram.

Une émission spéciale Star Wars donc, confirmée le mardi sur les réseaux sociaux. En invités, on retrouvera Thierry Lhermitte, Norman, Alice Belaïdi et Manu Payet. Ce Burger Quiz spécial sera diffusé mercredi 11 décembre à 21h15 sur TMC.

Les Fans ont du talent : Un maître verrier de la Sarthe crée des vitraux « Star Wars »

Le maître-verrier Frédéric Troisième crée des vitraux. Mais pas n’importe quelle sorte de vitraux : sur les siens, on retrouve Chewbacca, un stormtrooper, le Falcon Millenium, R2-D2 ou encore la princesse Leia. Cet artisan du Mans est en effet très inspiré par la saga.

« J’ai associé l’alchimie du blanc, du noir, des ténèbres, de la lumière, c’est ce qu’évoque Star Wars », a-t-il déclaré à France Bleu. Il s’intéresse tout particulièrement à la figure de Dark Vador : « C’est le chevalier en quête de sens. Au fond de lui, il y a quelqu’un de meurtri et tous les autres personnages qui l’entourent viennent révéler sa part divine. »

Ces vitraux, de style contemporain, font un peu plus d’un mètre de haut et coûtent pas moins de 2.500 euros. Frédéric Troisième utilise la sérigraphie pour transposer des photos numériques sur ses vitraux.