Apple annule la présentation de «The Banker» avec Samuel L. Jackson : le fils de l'un des personnages est accusé d’agressions sexuelles

APPLE TV+ Le fils de l’un des héros du film est accusé d’abus sexuels par ses demi-sœurs

M. Lo. avec AFP

— 

Anthony Mackie et Samuel Jackson dans « The Banker ».
Anthony Mackie et Samuel Jackson dans « The Banker ». — Apple TV+

Apple a annoncé ce mercredi, à la veille du prestigieux festival de l'American Film Institute à Los Angeles, qu’il annulait la présentation du film The Banker, avec Samuel L. Jackson, en raison de « préoccupations » non précisées. Il s’agit d’accusations d’agressions sexuelles portées contre le fils d’un personnage du film, selon plusieurs médias américains.

Le film, produit par Apple pour sa nouvelle plateforme de streaming, est inspiré par l’histoire vraie de deux hommes d’affaires noirs américains, Bernard Garrett et Joe Morris, qui ont défié les lois raciales en vigueur dans les années 1950 aux Etats-Unis et recruté un ouvrier blanc pour l’installer à la tête de leur entreprise.

Allégations d’abus sexuels

« La semaine dernière, des préoccupations entourant le film ont été portées à notre attention », a dit Apple dans une déclaration transmise à l’AFP. « Nous avons besoin, avec les cinéastes, d’un peu de temps pour examiner ces questions et déterminer les meilleures étapes pour la suite. C’est pourquoi nous ne présentons plus The Banker au festival AFI », explique Apple, sans donner aucune précision sur la nature de ces « préoccupations » de dernière minute.

Selon The Hollywood Reporter, cette annulation fait suite à des accusations portées par Cynthia et Sheila Garrett, les filles de Bernard Garrett Sr. Elles accusent leur demi-frère, Bernard Garrett Jr., d’environ 15 ans leur aîné, de les avoir agressées sexuellement pendant plusieurs années.

Elles ont gardé le secret pendant des années

Les deux sœurs ont contacté Apple par le biais d’un avocat. Elles affirment que Garrett Jr les a agressés sexuellement lorsqu’il vivait avec elles et leurs parents en Californie, au début des années 1970. Cynthia Garrett raconte qu’elle et sa sœur, Sheila, ont gardé le secret pendant des années. Elles n’en ont parlé entre elles, et réalisé qu’elles avaient subi la même chose, qu’au début des années 1980, lors d’une visite de leur demi-frère chez leur mère. Leurs parents avaient depuis divorcé. Elles se sont confiées à leur mère, Linda. Quelques années plus tard, Sheila Garrett affirme avoir raconté les abus à son père, mais celui-ci aurait écarté les accusations, et aurait plus tard refusé d’assister à son mariage lorsqu’elle n’a pas invité son demi-frère.

Cynthia Garrett est en train d’écrire un livre sur la manière dont elle a survécu à ces abus ; elle les avait déjà racontés dans un premier livre auto-édité, et en a parlé à plusieurs reprises au sein de groupes de parole ou lors de conférences, raconte THR. Elle dit espérer que Hollywood se ralliera à leur cause, dans un contexte post-MeToo.

« Ce projet entier est empoisonné »

Les deux sœurs estiment par ailleurs que l’histoire du film a été détournée de la réalité : elles et leur mère ne sont pas mentionnées dans l’histoire de Bernard Garrett Sr. A la place, sa première femme, la mère de Garrett Jr, est présente, alors que tous deux avaient déjà divorcé à l’époque des événements relatés par le film. « Ce projet entier est empoisonné. C’est le fruit d’un crime, de mensonges et d’une tromperie », écrit Cynthia Garrett dans une lettre ouverte qu’elle prévoit de publier en ligne. Selon THR, les représentants des producteurs du film ont répondu que tout le scénario était basé sur des entretiens avec Garrett Sr. et d’autres documents.

Ni Garrett Jr., ni le réalisateur du film George Nolfi n’ont répondu aux sollicitations des médias américains. Plusieurs sources affirment à THR que ni Apple, ni l’équipe du film n’étaient au courant des accusations contre Garrett Jr. jusqu’à la semaine dernière. Toutefois, l’avocat de Romulus Entertainment, qui produit le film, a annoncé que le film serait modifié et décrit comme « basé sur des faits réels ».

Bernard Garrett Jr. était d’abord crédité comme co-producteur du film, raconte THR, et devait participer à sa promotion. Mais depuis un événement le 5 novembre, le nom de Garrett Jr a disparu des contenus promotionnels, et n’est plus apparu en public.

Marriage Story sera projeté à la place

The Banker, qui devait être dévoilé jeudi soir au festival AFI de l’Institut du film américain, sera remplacé par Marriage Story, drame avec Scarlett Johansson et Adam Driver donné parmi les favoris pour les Oscars. « Nous soutenons la décision d’Apple de reporter l’avant-première, et nous remercions nos amis de Netflix de nous permettre de projeter Marriage Story, salué par la critique », a réagi un porte-parole de l’AFI interrogé par l’AFP.

The Banker était l’un des premiers films produits par le géant technologique pour son nouveau service de vidéo à la demande, Apple TV +, lancé le 1er novembre. Après sa présentation à Los Angeles, l’œuvre devait être diffusée en streaming à partir du 6 décembre.