VIDEO. Alan Moore n'est pas tendre avec les fans de super-héros

SUPER-HEROS L’auteur de comics pense qu’à partir d’un certain âge, il faut laisser ces personnages de côté

20 Minutes avec agences

— 

L'auteur Alan Moore
L'auteur Alan Moore — WENN

Alan Moore estime qu’il est « embarrassant » d’être fan de films de super-héros lorsqu’on n’a pas 12 ans. Interrogé lors d’une interview brésilienne en 2017 (entretien déniché par le blog Alan Moore World et republié à l’occasion du 66e anniversaire de l’auteur), l’homme considéré comme l’un des grands génies de la BD avec Watchmen, V for Vendetta ou encore From Hell, n’a pas été tendre avec les films adaptés de comics.

« Je pense que l’impact des super-héros sur la culture populaire est immensément embarrassant et plus qu’inquiétant. Ces personnages sont parfaits pour stimuler l’imagination de leur public de 12 ou 13 ans, mais aujourd’hui, les surhommes franchisés, qui ciblent un public adulte, semblent servir une autre fonction, d’autres besoins. Les super-héros grand public sont destinés à faire plaisir à un public qui n’a pas envie d’abandonner son enfance rassurante », déclare-t-il notamment, comme l’a relayé la BBC.

Suprémacisme blanc

Alan Moore s’en prend également au manque de diversité de la plupart des films de super-héros contemporains. « Les personnages reflètent encore les rêves de suprémaciste blanc d’une race supérieure », a conclu l’auteur.

Alan Moore rejoint ainsi les rangs d’autres illustres critiques des films de super-héros récents, tels que Francis Ford Coppola ou Martin Scorsese, qui a déclaré qu’il ne s’agissait « pas de cinéma ».

Une nouvelle série Watchmen est actuellement diffusée sur HBO. Comme à chaque fois qu’une de ses œuvres a été adaptée, Alan Moore s’est désolidarisé de la production.