VIDEO. « Les Misérables » : Ses trois flics ont joué plus collectif sur le tournage que dans le film

BANLIEUE Les trois acteurs principaux du film de Ladj Ly évoquent leur solidarité sur le tournage des « Misérables », en salle ce mercredi

Caroline Vié

— 

Damien Bonnard, Alexis Manenti et Djebril Didier Zonga dans  «Les  Misérables» de Ladj Ly
Damien Bonnard, Alexis Manenti et Djebril Didier Zonga dans «Les Misérables» de Ladj Ly — Le Pacte
  • Damien Bonnard, Alexis Manenti et Djebril Didier Zonga incarnent des trois policiers de la BAC dans « Les Misérables ».
  • Le réalisateur Ladj Ly leur a laissé une grande liberté pour élaborer leurs personnages.
  • Le tournage s’est déroulé en Seine-Saint-Denis, sur les lieux même de l’action.

Damien Bonnard, Alexis Manenti et Djebril Didier Zonga sont plus unis à la ville qu’à l’écran. Ils incarnent les trois flics antagonistes de la BAC (Brigade anticriminalité) des Misérables de Ladj Ly, prix du Jury à Cannes cette année. « L’alchimie entre nos personnages était la condition sine qua non pour que l’histoire soit crédible », confie Alexis Manenti à 20 Minutes.

Ces trois « baqueux » – deux habitués de la banlieue et un petit nouveau fraîchement débarqué de province – voient la cité s’enflammer quand ils accumulent les mauvaises décisions à la suite d'une bavure. « Ladj Ly a pris soin d’éviter tout manichéisme, précise Djebril Didier Zonga. Il nous a permis de participer à l’élaboration de nos personnages. »

Jours (peu) tranquilles à Clichy

Pour mettre ses acteurs dans le bain, Ladj Ly leur a demandé de vivre sur les lieux de l’action, à Clichy-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, pendant toute la durée du tournage. « Cela nous a aidés à mieux comprendre ce que vit la population et les policiers qui évoluent sur place, précise Damien Bonnard. Il y avait un échange sincère entre nous. » La sincérité semble le maître mot pour les acteurs. « Le respect que nous avions les uns vis-à-vis des autres a fait la différence, insiste Alexis Manenti. On a joué collectif. C’est le secret de la réussite du film. »

Dans le bain de la BAC

La façon de travailler de Ladj Ly a, elle aussi, contribué à leur performance. « Il tourne vite, de façon très précise et exigeante, ce qui ne l’empêche pas d’être à l’écoute », explique Djebril Didier Zonga. Comme il y avait peu de décors intérieurs, l’équipe était à la merci de la météo, d’autant plus que l’action du film se déroule sur seulement deux jours. « Il est certain que ces conditions ont servi l’urgence dans laquelle sont censés vivre les personnages, insiste Damien Bonnard. Ladj Ly nous maintenait constamment sur le qui-vive. » Le spectateur aussi se retrouve à bout de souffle après avoir suivi leurs tribulations.

Un autre regard

« J’aimerais que Les Misérables amène les gens à se regarder différement, avec davantage de compréhension et de bienveillance », reconnaît Djebril Didier Zonga. Et ses camarades de jeu d’acquiescer. « Ce film est touché par la grâce depuis le début, commente Alexis Manenti. Nous avons l’impression qu’il fait partie de nous. » L'authenticité de ce film puissant devrait permettre à cette impression d'être largement partagée.