Algérie : La sortie nationale du film « Papicha » a été annulée sans explication

UN CERTAIN REGARD Présenté à Cannes, « Papicha » devait sortir dans les salles algériennes le 22 septembre

M. L.

— 

Les actrices et la réalisatrice de «Papicha» ont présenté le film à Cannes en mai dernier.
Les actrices et la réalisatrice de «Papicha» ont présenté le film à Cannes en mai dernier. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Quand sortira Papicha dans les salles algériennes ? L'avenir du film de Mounia Meddour est pour l’instant incertain. La sortie nationale du long-métrage, prévue le 22 septembre, a été annulée, annonce le HuffPost Algérie.

Cela fait suite à l’annulation sans explication de son avant-première par les autorités. Prévue pour le samedi 21 septembre 2019, à la salle Ibn Zeydoun, à l’Office Riad El Feth, à l’initiative du Centre algérien du développement du cinéma (CADC), co-producteur du film, celle-ci a été « momentanément annulée » le 17 septembre.

« Il y a comme une interdiction que personne ne veut assumer »

Le lendemain, l’Institut français d’Algérie (IFA) a également annulé les projections de Papicha prévues les 22 et 23 septembre. « Que nos collaborateurs et ami(e)s algériens cinéphiles déçues par cette annulation, indépendante de notre volonté, soient ici assurés de notre sincère sympathie et notre profonde compréhension », a déclaré l’équipe de communication du CADC dans un mail envoyé aux rédactions algériennes et mentionné par HuffPost Algérie.

Interrogé par le site d'information, le cinéaste et co-producteur du film Belkacem Hadjadj s’est étonné de l’annulation de l’avant-première : « J’ai appris la nouvelle par la rumeur. Personne n’a pu me donner d’explication. J’ai demandé à rencontrer le secrétaire général du ministère de la Culture, il ne m’a pas reçu. J’ai envoyé un courrier au ministre de la Communication (qui assure l’intérim du ministère de la Culture) pour attirer son attention sur la situation, car cela risque d’avoir des retombées négatives sur le plan médiatique. Je n’ai pas reçu de réponse pour le moment. Dois-je considérer cela comme de la censure ? Or, ce film a déjà reçu son visa d’exploitation en Algérie. Je ne comprends pas donc. Il y a comme une interdiction que personne ne veut assumer », a-t-il déclaré.

Un problème pour les Oscars

Belkacem Hadjadj s’inquiète par ailleurs de l’absence de sortie du film en Algérie avant le 30 septembre, qui pourrait selon lui compromettre sa participation à la course aux Oscars. Papicha a en effet été retenu en juillet par le Comité algérien de sélection aux Oscars pour représenter l’Algérie aux Oscars 2020 pour le meilleur film international.

Coproduction entre l’Algérie, la France, la Belgique et le Qatar, Papicha est le premier long-métrage de Mounia Meddour, qui se déroule dans les années 1990. Il raconte l’histoire de Nedjma, étudiante de 18 ans qui rêve de devenir styliste. La nuit, elle passe le grillage de la Cité universitaire où elle réside avec ses amies, et se rend dans les boîtes de nuit pour vendre ses créations aux « papichas », de jolies jeunes filles algéroises. Alors que la situation politique et sociale du pays se dégrade, elle décide d’organiser un défilé de mode, pour lutter à sa façon contre le fanatisme.

Papicha a été présenté en mai 2019 au Festival de Cannes, dans la sélection « Un certain regard », et en août au festival du film francophone d’Angoulême, où il a reçu trois prix – Valois du public, Valois du scénario et Valois de l’actrice ex-aecquo pour Lyna Khoudri. Le film sort le 9 octobre en France.