Kristen Stewart : « Les réseaux sociaux permettent de ne pas rester seul dans son coin »

DEAUVILLE US « 20 Minutes » a rencontré la star de « Twilight », honorée par un Deauville Talent Award et venue présenter un biopic sur l’actrice Jean Seberg

Caroline Vié

— 

Kristen Stewart au Festival du Cinéma Américain de Deauville
Kristen Stewart au Festival du Cinéma Américain de Deauville — Caroline Vié
  • Kristen Stewart livre une performance brillante dans « Seberg », biopic de la vedette d'« A bout de souffle » de Jean-Luc Godard.
  • Lors de notre entretien, l’actrice a vigoureusement défendu les réseaux sociaux qu’elle trouve utiles.
  • On la verra bientôt dans une nouvelle version de « Drôles de dames ».

De notre envoyée spéciale à Deauville

Elle est épatante Kristen Stewart dans Seberg de Benedict Andrews, présenté à Deauville ce vendredi. Le film revient sur les persécutions du FBI qu’a subies la comédienne Jean Seberg (1938-1979) en raison de son engagement en faveur du mouvement Black Panther à la fin des années 1960.

« Jean Seberg était une comédienne qui vivait ses rôles à fond et je suis faite sur le même moule », explique la comédienne à 20 Minutes. Elle a revu les films de la star d’A bout de souffle de Jean-Luc Godard avant de l’incarner. « Elle est d’abord lumineuse puis on la voit petit à petit se dégrader au fur et à mesure de sa filmographie et des souffrances qui l’ont détruite. Ce qui m’a intéressée aussi dans le projet, c’est qu’elle ne gagne pas face au système. » Kristen Stewart est superbe et intense, du genre à vous regarder droit dans les yeux pour répondre à vos questions.

Les bienfaits des réseaux sociaux

« Elle aurait sans doute été aussi maltraitée si elle avait été un homme, précise la comédienne. Le gouvernement américain a voulu l’abattre parce qu’elle défendait des idées qu’il considérait comme dangereuses. Kristen Stewart montre comment la jeune femme sombre petit à petit dans la dépression. « Aujourd’hui, Jean Seberg pourrait se défendre plus facilement grâce aux réseaux sociaux car elle aurait un accès direct aux informations et une grande facilité pour répondre ». Pour Kristen Stewart, les réseaux sociaux peuvent aider des gens solitaires. « Ils donnent la possibilité de ne pas rester seul dans son coin et de trouver des gens qui vous ressemblent quand vous vous sentez isolé. »

Une fête du cinéma

A 29 ans, Kristen Stewart prend son travail très au sérieux, plus encore que quand elle a joué dans la saga Twilight. « Quand on est gamin, on fonce sans réfléchir, ce n’est que progressivement qu’on comprend l’implication qu’exige ce métier quand on veut le pratiquer de façon crédible. » Le 30 octobre prochain, on verra Kristen Stewart dans Drôles de dames d’Elizabeth Banks. En attendant, elle se prépare à recevoir Deauville Talent Award pour sa carrière. « Recevoir un prix me fait regarder plus vers l’avenir que vers le passé, confie-t-elle. Je vois cela comme une grande fête où on célèbre le cinéma entre amis ». Le réalisateur français Olivier Assayas, qui l’a dirigée dans Sills Maria et Personal Shopper, fait partie de ceux qui l’attendaient de pied ferme à Deauville.