Sienna Miller : « Bien sûr que j’ai été victime du sexisme à Hollywood ! »

DEAUVILLE US Sienna Miller, honorée au Festival de Deauville, ne mâche pas ses mots pour parler de sa situation et de la condition de comédienne à Hollywood

Caroline Vié

— 

Sienna Miller au Festival du Cinéma Américain de Deauville
Sienna Miller au Festival du Cinéma Américain de Deauville — Caroline Vié

De notre envoyée spéciale à Deauville

Ne vous laissez pas tromper par la blondeur apparemment fragile de Sienna Miller. L’actrice a une sacrée personnalité que les festivaliers ont pu apprécier dans American Woman de Jake Scott, présenté à Deauville ce mercredi.

L’idée de recevoir le Deauville Talent Award qui couronne sa carrière semble beaucoup l’amuser. « C’est étrange car je ne suis pas du genre à regarder en arrière, confie-t-elle à 20 Minutes. Plutôt du genre à savourer l’instant présent. Je ne me projette pas non plus dans le futur car je n’ai d’autre plan de carrière que de trouver de beaux projets… »

Ne plus se laisser marcher sur les pieds

Cet honneur qui lui est fait ne l’empêche pas de dire ce qu’elle pense d’Hollywood où « les hommes décisionnaires éprouvent du désir pour les actrices et le leur font payer en les humiliant ». Et la Sienna Miller d’ajouter : « Bien sûr que j’ai été victime du sexisme à Hollywood ! Il m’est souvent arrivé d’entrer dans une pièce pleine d’hommes et de me sentir inférieure parce qu’étant mignonne, ces messieurs me prenaient de haut. »

A 37 ans, "l’âge de la maturité", la comédienne a résolu de ne plus se laisser marcher sur les pieds. « Il m’a fallu du temps pour oser penser que je méritais d’être prise en considération pour mon travail, précise-t-elle. Après tout, j’ai mis un enfant au monde contrairement à ces messieurs qui n’ont qu’à la boucler. » Dynamique et enthousiaste, Sienne Miller brûle d’envie de se colleter à des rôles de femmes fortes.

Pas de James Bond féminin

Son personnage de grand-mère assumant la garde de son petit-fils dans American Woman est un bon exemple qui démontre l’étendue de son talent. « C’est une femme qui ne renonce jamais, précise-t-elle. Mère et grand-mère très jeune, elle évolue jusqu’à se libérer de l’adversité. C’était la première fois que je tenais le rôle principal d’un film sans partenaire masculin pour partager l’affiche. »

Pour autant, la star aime toujours voir des hommes sur un écran. « Je ne suis pas pour un James Bond féminin, il vaut mieux créer une espionne originale que d’essayer d’adapter un personnage préexistant. Il est bien qu’on continue à avoir des hommes aussi comme têtes d’affiche. » A quand Sienna Miller en 008 ?