Sophie Turner a peur d'être enfermée dans « Game of Thrones »

DEAUVILLE US La Sansa Stark « Game of Thrones » est venue présenter l’intégrale de la série, le thriller « Heavy » et recevoir un prix sur les Planches

Caroline Vié

— 

Sophie Turner au Festival du Cinéma Américain de Deauville
Sophie Turner au Festival du Cinéma Américain de Deauville — Caroline Vié
  • Sophie Turner s’est fait connaître dans la série « Games of Thrones » et la saga « X-Men ».
  • Elle aimerait ne pas rester enfermée dans l’univers de « GOT ».
  • Le thriller « Heavy » où elle incarne une droguée lui permet de changer de registre.
 
De notre envoyée spéciale à Deauville, Caroline Vié

Sophie Turner vit dans la peur. Ni le prix Nouvel Hollywood du Festival du Cinéma Américain qu’elle a reçu ce samedi, ni sa nomination aux Emmy Awards pour la 8e saison de Game of Thrones ne la rassurent.

« Je suppose que cette angoisse est inhérente au métier de comédienne, avoue-t-elle à 20 Minutes. On a toujours peur de ne pas trouver de boulot et 2019 a été une année d’adieux pour moi. C’est à la fois libérateur et flippant. » L’actrice anglaise de 23 ans a dit « au revoir » à son personnage de Sansa Stark avec la fin de Game of Thrones et à celui de Phoenix dans les X-Men.

Sortir de Games of Thrones

Sophie Turner n’avait que quinze ans quand elle a commencé la série. « J’étais totalement inexpérimentée et croyais alors qu’il suffisait d’apprendre mon texte pour être actrice, j’ai beaucoup mûri depuis. » Elle a aussi peur que le rôle de Sansa Stark lui colle un peu trop à la peau. « Je ne veux pas qu’on parle de moi comme de la fille "qui joue dans GOT", martèle-t-elle. Il faut que je m’impose dans des études de caractères éloignées de l’univers de la série ». Heavy, thriller de Jouri Smit, projeté à Deauville permet au public de la découvrir dans un autre registre en junkie amoureuse repentie amoureuse d’un dealer.

Un peu de respect

L’aventure GOT se poursuit sur les Planches pour Sophie Turner où l’intégrale de la série est projetée au rythme d’une saison par jour. « Je trouve ça dément et génial à la fois car je pense que le vrai jeu sera de savoir si les spectateurs vont tenir jusqu’au bout. Je pense que j’en serais incapable » reconnait-elle. Pour sa part, l’actrice n’a pas encore vu les dix derniers épisodes mais a été bouleversée par le scénario de la fin. « Je tiens quand même à dire que j’aurais aimé que les fans ne se déchaînent pas à ce point sur l’équipe, un peu de respect pour notre travail aurait été appréciable. Nous avons vraiment bossé comme des dingues. Il y a eu du sang et des larmes sur les tournages de Game of Thrones. »

Un avenir dans le crime

Pour calmer ses inquiétudes sur son avenir professionnel, la jeune femme a repris des études de criminologie. « C’est toujours bon de prévoir une porte de sortie si on n’a pas de boulot, affirme-t-elle. J’avais envisagé de me mettre à écrire mais j’ai lâché l’affaire après avoir acheté des méthodes pour apprendre car je ne suis vraiment pas douée ! » Personne ne pourra accuser Sophie Turner d’avoir la grosse tête mais on lui souhaite de tout cœur de recevoir un Emmy, histoire qu’elle se sente un peu rassurée.