«Thalasso»: Michel Houellebecq aime le cinéma, mais est-ce réciproque?

COMEDIE Le romancier donne la réplique à Gérard Depardieu dans le délirant « Thalasso », de Guillaume Nicloux, en salles le 21 août

Caroline Vié

— 

Michel Houellebecq dans «Thalasso», de Guillaume Nicloux
Michel Houellebecq dans «Thalasso», de Guillaume Nicloux — Wild Bunch Distribution
  • Michel Houellebecq donne la réplique à Gérard Depardieu dans le délirant Thalasso.
  • L'écrivain s’est toujours passionné pour le cinéma.
  • Plusieurs de ses romans ont été portés à l’écran.
  • Il s’est aussi frotté au septième art comme acteur et réalisateur.

 

Entre Michel Houellebecq et le cinéma, l’histoire d'amour ne date pas d’hier. L’aventure se poursuit avec Thalasso, délire de Guillaume Nicloux dans lequel le romancier donne la réplique à Gérard Depardieu le temps d’un séjour partagé sur la côte normande.

« Le film repose entièrement sur la confiance que m’accorde le duo, explique le cinéaste dans le dossier de presse. Sans lui, Thalasso ne peut pas exister, contrairement à la plupart des films où les acteurs sont interchangeables. » Cette suite au téléfilm L’Enlèvement de Michel Houellebecq (2014) confronte Gérard Depardieu et l’écrivain aux anciens ravisseurs de ce dernier. Avant cette fantaisie joyeusement foutraque, Michel Houellebecq s’était déjà colleté avec le septième art. Et pas qu’un peu.

Houellebecq joue

Quiconque a vu Saint Amour (2016), de Gustave Kervern et Benoît Delépine, a gardé en mémoire la courte prestation de l’auteur en logeur dépressif de Gérard Depardieu, Benoît Poelvoorde et Vincent Lacoste. Le duo de cinéastes lui avait d’abord donné le goût de la comédie loufoque avec Near Death Experience (2014), où son côté Droopy le rendait irrésistible. On peut estimer que le registre de l’acteur Michel Houellebecq est limité, mais il serait injuste de ne pas reconnaître son sens de l’autodérision.

Houellebecq s’adapte

Il est question que Soumission devienne une série pour la télévision, mais d’autres romans de Michel Houellebecq ont connu les honneurs d’adaptations cinématographiques. Dès 1999, Philippe Harel s’est attaqué à Extension du domaine de la lutte avec José Garcia, éblouissant en copain du héros à la recherche de l’amour. En 2008, le cinéaste allemand Oskar Roehler a porté à l’écran Les Particules élémentaires, l’histoire de deux frères que tout sépare. Le documentaire Rester vivant, Méthode (2016), adaptation d’un essai où le romancier côtoie Iggy Pop, est une curiosité à (re)découvrir.

Houellebecq réalise

C’est comme réalisateur que Michel Houellebecq a fait ses premières armes dans le domaine artistique en 1978. Ce n’est qu’après avoir signé plusieurs courts-métrages qu’il s’est affirmé dans l’écriture. Sa tentative la plus audacieuse à ce jour demeure sa propre adaptation de son roman La Possibilité d'une île (2008), avec Benoît Magimel dans le rôle principal. Cette réflexion flirte avec le cinéma expérimental et lui a valu de recevoir un Brutus, prix récompensant les plus mauvais films l’année. Il semblerait que l’amour de l’écrivain pour le septième art ne soit pas payé de retour quand il est derrière la caméra.