«Le Mystère des pingouins»: Pourquoi c'est le film idéal pour finir l'été en beauté

ANIMATION Craquant, « Le Mystère des pingouins », en salles le 14 août, démontre une fois de plus la maestria du cinéma d'animation japonais

Caroline Vié

— 

«Le Mystère des pingouins» de Hiroyasu Ishida
«Le Mystère des pingouins» de Hiroyasu Ishida — Wild Side
  • Dans « Le Mystère des pingouins », des écoliers mènent l’enquête sur une soudaine invasion d’oiseaux, certes envahissants mais très craquants.
  • Ce film démontre une fois de plus la maestria du Japon en termes de cinéma d'animation.
  • Le réalisateur Hiroyasu Ishida a visé un public international pour ce conte magique.

Quel bel été pour l’Anime, cinéma d’animation japonais. Le Mystère des pingouins de Hiroyasu Ishida prend la suite des Enfants de la mer, de Wonderland, Le Royaume sans pluie et de Promare.

Découvert à Annecy en 2018, ce film est aussi intrigant qu’amusant, confirmant que le Pays du Soleil Levant n’a pas fini d’émerveiller. 20 Minutes explique pourquoi cette invasion de pingouins fait bien fou en plein été.

L’histoire est rafraîchissante (s’il fait chaud)

« Notre époque a besoin de mettre de l’imaginaire dans le réel plus que l’inverse », explique à 20 Minutes le réalisateur Hiroyasu Ishida. C’est ce que fait le récit inspiré d’un roman de Tomihiko Morimi, récompensé par le Grand prix SF du Japon en 2001. Un écolier et ses potes y enquêtent sur l’apparition aussi soudaine qu’inexpliquée de pingouins dans une petite ville du Japon. L’originalité de l’intrigue fait souffler un vent rafraîchissant sur les cellules grises du spectateur.

Les pingouins sont câlins (s’il fait un peu plus frais)

Ils sont absolument adorables tant leur apparence dodue donne envie de les serrer dans ses bras. Ils sont gentils comme tout et ne manifestent pas une once d’agressivité. Avec les yeux tout ronds et leurs petits becs orangés, les pingouins sont certes mystérieux mais ils semblent surtout parfaits pour devenir des peluches à câliner sans modération. « Nous les avons dessinés comme des êtres charmants » reconnaît Hirosayu Ishida. Pari gagné : on en veut un !

L’animation est au top (dans tous les cas)

Ce premier long-métrage des studios Colorido surprend constamment par la qualité de ses graphismes. Deux cents personnes ont planché pour le réaliser en plus des quarante employés réguliers du studio. « On a visé un public international en étudiant notamment les autres films que nous avons pu voir aux précédents festivals d’Annecy qui ont été une source d’inspiration pour nous, » explique Ishida-san.

Il met de bonne humeur (avant la rentrée)

Dépourvu de violence mais riche en poésie, Le Mystère des pingouins convient à toute la famille. « Je cherche toujours à ressentir les émotions des personnages en les dessinant », précise le cinéaste. Son travail a porté ses fruits car on s’attache aux héros. Ecolier malicieux, écolière brillante ou assistante d’un cabinet dentaire énigmatique font vibrer le public au gré de leurs recherches. Le spectateur sort charmé du Mystère des Pingouins, un conte magique à ne pas rater.