«The Operative»: «Espionne? Je ne pourrai pas faire ce métier-là», prévient Diane Kruger

INTERVIEW L'actrice Diane Kruger a suivi un entraînement afin d'incarner une espionne du Mossad recherchée par ses employeurs dans le film « The Operative », en salle le 24 juillet

Caroline Vié

— 

Diane Kruger dans «The Operative» de Yuval Adler
Diane Kruger dans «The Operative» de Yuval Adler — La Pacte
  • Diane Kruger joue une espionne du Mossad tentant de fuir ses employeurs dans « The Operative ».
  • L'actrice a suivi un entraînement en Israël pour mieux comprendre son personnage.
  • Si elle ne se voit pas faire ce métier dans la vraie vie, Diane Kruger incarne malgré tout de nouveau une espionne dans son film suivant.

Qu’est devenue Rachel, ex-agente du Mossad infiltrée en Iran au début des années 2000 ? Ses supérieurs recherchent la belle jeune femme incarnée par Diane Kruger dans The Operative, thriller d’espionnage de Yuval Adler. Deux ans après avoir été récompensée à Cannes pour In the Fade de Fatih Akin, la comédienne livre une nouvelle prestation intense.

« Je me suis passionnée pour The Operative parce que Yuval Ader a choisi de porter un regard psychologique sur la vie des espions, explique Diane Kruger à 20 Minutes. Le fait que le film soit basé sur une histoire vraie m’a aussi beaucoup intéressée. » Pour composer son récit, le réalisateur de Bethléem s’est appuyé sur un ouvrage que l’ancien agent du renseignement israélien Yiftach Reicher Atir a consacré aux véritables espionnes du Mossad.

Une espionne (ou presque)

Diane Kruger a passé deux semaines avec de vrais agents du Mossad pour mieux comprendre son rôle. « Bien évidemment, je ne suis pas devenue une espionne, mais on m’a confié de petites missions, histoire de me mettre dans le bain », raconte-t-elle. Il lui a notamment fallu pénétrer dans un bâtiment officiel de Tel Aviv sous une fausse identité. « On m’a aussi demandé d’entrer dans un immeuble et de me débrouiller pour apparaître au balcon d’un appartement dont je ne connaissais pas les habitants », se souvient-elle.

Le mensonge, ce calvaire

Ces expériences l’ont aidée à bâtir son personnage de femme contrainte à vivre dans le mensonge pour satisfaire ses employeurs. « Les enjeux étaient minimes et je ne risquais pas ma vie ni celle des autres, admet la comédienne. Cela m’a pourtant donné une idée de ce que peuvent ressentir celles qui vivent cela à temps complet. » C’est le cas de son personnage pour qui l’expérience finit par devenir insupportable au point de fuir après avoir trahi un homme aimé. Outre les agents ennemis, l’héroïne du film est constamment menacée par son chef, joué Martin Freeman, à la vigilance duquel elle a échappé.

L’espionnage, ça vous gagne

Ce rôle a profondément touché Diane Kruger. « J’ai vécu dans le mensonge pendant mon entraînement et cela m’a pesé d’avoir à abuser des gens pour effectuer mes missions, avoue-t-elle. Espionne ? Je ne pourrais pas faire ce métier-là, mais j’ai été heureuse de pouvoir ressentir de petites sensations qui m’ont permis de mieux comprendre mon personnage. » Depuis, elle s’est lancé un nouveau défi en incarnant une nouvelle fois une espionne dans Le projet 355. « C’est un film basé sur l’action et beaucoup moins réaliste que The Operative », dit-elle. Diane Kruger, qui a remplacé Marion Cotillard prévue initialement, donne la réplique à Jessica Chastain et Pénelope Cruz dans ce thriller actuellement tourné à Paris.