VIDEO. «Child's Play», «Puppet Master», «Annabelle», ces jouets et poupées, stars du cinéma d'horreur

IDEE CADEAU La sortie du nouveau film de Chucky, un remake, est l'occasion de revenir sur ces jouets et poupées qui peuplent le cinéma d'horeur et nos pires cauchemars

Vincent Julé

— 

Dans«Child's Play», Chucky n'est plus une poupée possédée par l'esprit d'un serial killer mais un jouet connecté qui pète les plombs
Dans«Child's Play», Chucky n'est plus une poupée possédée par l'esprit d'un serial killer mais un jouet connecté qui pète les plombs — Paramount Pictures
  • « Child’s Play – La poupée du mal » est un remake de « Jeu d’enfant », le premier film de Chucky réalisé en 1988
  • Les jouets et poupées maléfiques ont connu leur âge d’or dans les années 90, avec aussi la franchise « Pupper Master ».
  • Aperçue dans « Conjuring », Annabelle a tellement traumatisé le public qu’elle a eu le droit à ses propres films, le troisième sort en salle le 11 juillet.

De la maison (Amityville, Conjuring) à la voiture (Christine) en passant par l’ascenseur (le film éponyme de Dick Maas), la télévision (Poltergeist) ou la VHS (Ring), le cinéma d’horreur aime prendre les objets du quotidien et en faire notre pire cauchemar. Or, dans le genre, les jouets et poupées tiennent une place privilégiée, avec les franchises Chucky, Puppet Master, Annabelle, mais pas Toy Story. A l’occasion de la sortie mercredi de Child’s Play - La poupée du mal et en attendant le troisième Annabelle le 10 juillet, 20 Minutes revient sur ces films à ne surtout pas voir avec vos petits enfants.

Qui a peur des marionnettes ?

A l’instar de l’enfant maudit (La Malédiction, Le village des damnés), la figure de la poupée maléfique repose sur l’innocence qui lui est immédiatement associée puis détournée. Mais son premier représentant à l’écran pouvait déjà faire peur en lui-même : la marionnette ! Daté de 1929, Gabbo le ventriloque met en scène Eric von Strotheim et sa marionnette Otto, qu’il peut faire parler et même chanter, tout en continuant à fumer, boire ou manger. Le film est plus dramatique qu’horrifique, et Otto, malgré son look flippant, n’est pas méchant, et le doute est permis sur savoir s’il est vivant ou non. Comme Hugo, vraie marionnette tueuse ou projection de la folie de son propriétaire dans le film à sketchs Au coeur de la nuit en 1945. Hugo, c’est aussi le nom de la marionnette de La Poupée diabolique de 1964 sur fond de transfert d’esprits.

Transfert d’esprit et possession démoniaque

Le transfert d’esprits est un ressort narratif très utilisé par les films de poupées tueuses, comme dans Les Poupées en 1987, où un fabricant de jouets maudit et enferme les personnes qu’il considère comme immorales dans des jouets, dans le film anthologique Asylum, et bien sûr dans Jeu d’enfant. Charles Lee Ray est un serial killer, qui est tué dans un magasin de jouets mais qui réussit, grâce à un sort vaudou, à transférer son âme dans une poupée à la mode et du nom de Chucky.

Jeu d’enfants lance l’âge d’or du genre dans les années 90, avec aussi Puppet Master, Dolly, Jouets démoniaques qui jouent tous la carte de la possession démoniaque. Les franchises horrifiques Douce nuit, sanglante nuit et Amityville surferont également sur la vague et proposeront des épisodes consacrés aux jouets et poupées maudites. Chucky reste la plus célèbre, et garde tout au long de ses sept films la même voix (Brad Dourif) et le même scénariste (Don Mancini), ainsi qu’une mythologie de plus en plus tirée par les cheveux avec sa fiancée, son fils, etc. Mais il n’a pas le record de films, puisque Puppet Master compte pas moins de treize itérations, dont une préquelle (Retro Puppet Master), un crossover (Puppet Master vs Demonic Toys), un spin-off (la saga Axis) et un reboot avec Pupper Master : The Littlest Reich, Grand prix au dernier festival de Gérardmer.

La peur des nouvelles technologies

La poupée maléfique fait un retour remarqué auprès du grand public avec Annabelle, vieille poupée de porcelaine possédée par un démon, aperçue dans Conjuring avant d’avoir son propre film et même franchise. Le réalisateur et producteur James Wan semble avoir un faible pour la figure, puisqu’il donnait une place de choix aux marionnettes dans Saw et Dead Silence. En salle mercredi, le remake de Jeu d’enfant, intitulé Child’s play – La poupée du mal, abandonne la tradition des esprits démoniaques au profit de la peur des nouvelles technologies. Chucky est maintenant un jouet dernier cri, avec une intelligence peut-être artificielle mais surtout meurtrière. Merci Black Mirror. Les objets connectés semblent d’ailleurs inspirés le cinéma, avec, dès la semaine prochaine, le frigo gentil d’Yves, ou le drone tueur de The Drone.