Nice: Un nouveau plateau de tournage de 3.000 m2 pour faire revivre les studios de La Victorine 100 ans après

«ÇA TOURNE !» Les équipes cinématographiques pourront reproduire des prisons, des cascades, faire de la pyrotechnie et des scènes aquatiques dans les studios de La Victorine à Nice

Mathilde Frénois

— 

Rebaptisé Studios Rivera en 1999, le site redevient La Victorine
Rebaptisé Studios Rivera en 1999, le site redevient La Victorine — ANP / 20 Minutes
  • Au total 25.000 m2 seront construits sur le site de La Victorine et 7.700 m2 seront réhabilités.
  • Pour attirer les productions de films et de séries, la construction d’un nouveau plateau de tournage de 3.000 m2 sur deux ans est prévue.
  • Le projet comporte également de grands parkings, des ateliers de menuiserie, des espaces de stockage, des bureaux, des espaces de coworking et une école des métiers de l’image.

« On a un siècle d’avance. » Quand Christian Estrosi compte en centaine d’années, c’est pour parler cinéma. Après la reprise en régie en novembre 2017, le maire LR de Nice a présenté le « projet de renaissance » des studios de cinémas La Victorine en conseil municipal ce lundi après-midi. Avec comme projet phare : la création d’un plateau de tournage de 3.000 m2.

« Il y a 500 jours de tournage par an à Nice, compte Christian Estrosi. Nous sommes au cœur de beaucoup de tournages mais très peu se déroulent en studio. On ne peut pas dire qu’on nous choisit pour de grandes productions. On choisit plutôt les plateaux de la plaine Saint-Denis. » Pour attirer les productions de films et de séries, la construction d’un nouveau plateau de tournage de 3.000 m2 sur deux ans est dans les cartons. Mais ce n’est pas tout : au total 25.000 m2 seront construits sur le site de la Victorine et 7.700 m2 seront réhabilités. Il s’agit là de grands parkings, d’ateliers de menuiserie, d’espaces de stockage, de bureaux, d’espaces de coworking et d’une école des métiers de l’image.

« C’est l’âme du cinéma »

Un restaurant au cœur de l’ancienne menuiserie est aussi en projet : « Il faut rendre La Victorine à ses citoyens, estime Eric Garandeau, ancien président du CNC, chargé de la mission sur les orientations stratégiques de développement des studios. Beaucoup de Niçois ont dit au cours de la mission qu’ils sont déjà venus faire de la figuration ou partager un repas. Il y a une âme, c’est l’âme du cinéma. On peut aussi intégrer des plateaux témoin pour montrer comment on fabrique des films à travers les époques. »

Un projet qui en rappelle un autre : Cannes planche sur la création d'un atelier de post-prod et du «plus grand studio de tournage d'Europe». « Si demain on veut venir nous compléter, bienvenue au club », lance Christian Estrosi en rappelant que rien de concret n’est encore fait à Cannes et en insistant sur le fait que les studios centenaires sont à Nice. En attendant, c’est avec les Provence Studios de Martigues et la Cinettà de Rome que Nice souhaite créer des partenariats. Pour que La Victorine vive encore 100 ans.