«Noureev»: Comment Ralph Fiennes est passé du balai d'Harry Potter au ballet du danseur légendaire

BIOPIC L'acteur et réalisateur britannique Ralph Fiennes se penche sur la vie du génial danseur russe « Noureev », en salle le 19 juin

Caroline Vié
— 
Ralph Fiennes et Oleg Invenko dans «Noureev» de Ralph Fiennes
Ralph Fiennes et Oleg Invenko dans «Noureev» de Ralph Fiennes — Rezo Films
  • Dans « Noureev », Ralph Fiennes fait revivre le danseur avant son départ d'URSS vers la France.
  • L’artiste est incarné par la découverte Oleg Ivenko.
  • Le réalisateur se met lui-même en scène dans le rôle du mentor de Rudolph Noureev.

Même si le nom de Ralph Fiennes n’est pas immédiatement familier, de nombreux cinéphiles le connaissent en Voldemort de la saga Harry Potter et en nazi de La liste de Schindler de Steven Spielberg. Il est derrière et devant la caméra pour Noureev, biopic consacré au danseur légendaire.



Il a choisi d’incarner le chorégraphe Alexandre Ivanovitch Pouchkine (rien à voir avec le poète), mentor de Rudolph Noureev (1938-1993) dans ce film qui suit la carrière du danseur russe jusqu’à sa défection vers la France en 1961. « Ce sont ses années formatrices qui m’ont passionné car ce sont les moins connues » explique l’acteur et réalisateur à 20 Minutes avant de confier ce qui l’a attiré dans cette histoire.

Une leçon de perfectionnisme

« Devenir comédien demande du boulot, précise Ralph Fiennes. Mais cela n’a rien de comparable à la danse classique, la discipline la plus exigeante qui soit. » Le film montre précisément la besogne à laquelle à laquelle le héros doit se soumettre afin de pouvoir exceller. « Il ne suffit pas d’être doué, insiste le réalisateur. Il faut se donner à fond dans un entraînement d’autant plus pénible qu’une blessure peut tout gâcher du jour au lendemain. » Le danseur Oleg Ivenko apporte un charisme et une grâce naturels au rôle-titre.

Un destin unique

« Selon les critères d’aujourd’hui, Noureev ne serait peut-être plus considéré comme le plus grand danseur du monde, reprend Ralph Fiennes. Mais sa vie et sa personnalité le rendent profondément cinématographique. » Le « Corbeau blanc », comme on surnommait ce charmeur égocentrique, capable de gagner à sa cause bien des Français, comme Adèle Exarchopoulos et Raphaël Personnaz dans le film. « Le moment où il a demandé l’asile politique à des douaniers en plein aéroport du Bourget est une réalité qui dépasse tout ce qu’on aurait pu inventer. »

Un thriller d’espionnage

Ralph Fiennes insiste plus sur la vie professionnelle et mondaine de Noureev que sur ses amours. « Je ne cache pas son homosexualité, ni le fait qu’il a aussi couché avec des femmes, dit-il. Mais ce n’était pas mon sujet. » Son film tourne presque au thriller d’espionnage quand le danseur échappe aux agents du KGB qui le surveille. « Le côté romanesque de sa vie est aussi l’une des raisons qui m’a donné envie de raconter son histoire. » Ce qu’il fait avec un réel sens du suspense agrémenté de fort belles scènes de ballets.