VIDEO. Festival d'Annecy: Bugs Bunny et tous ses amis des Looney Tunes refont leur cinéma

CULTE Vingt nouveaux épisodes de la série animée des Looney Tunes étaient présentés en avant première mondiale, ce mercredi au Festival d'Annecy

De notre envoyé spécial à Annecy, Stéphane Leblanc

— 

Bugs Bunny, Daffy Duck, Titi et Grosminet sur le scène de la grande salle du Festival d'Annecy
Bugs Bunny, Daffy Duck, Titi et Grosminet sur le scène de la grande salle du Festival d'Annecy — S.LEBLANC / 20 MINUTES
  • Inspirés de la série culte de dessins animés lancée dans les années 1930, les nouveaux épisodes ont été produits et réalisés sous l'égide de leur studio d'origine, la Warner.
  • Un de ces épisodes avait déjà été présenté lundi soir en ouverture du Festival d'Annecy, juste avant la projection de «Playmobil le film».
  • Pour la présentation de ce travail en avant-première mondiale, Bugs Bunny, le lapin préféré du Festival d'Annecy, était entouré sur scène de ses amis Daffy Duck, Titi et Grosminet...

« Quoi de neuf doc ? » C’est par ces mots, en français, que l’Américain Peter Browngardt, le producteur exécutif de la série pour la Warner Bros, a lancé la conversation avec le public du Festival d’Annecy, venu rire et découvrir en avant-première mondiale les tout nouveaux épisodes d’une série lancée à l'origine pour rivaliser avec Disney et qui connu son âge d’or grâce à Tex Avery, entre 1935 et 1941. Et dont les héros les plus emblématiques s’appellent Bugs Bunny, Daffy Duck, Porky Pig, Titi ou Grosminet…

« Nous aimons recevoir des stars, ici au Festival d’Annecy », avait lancé le délégué artistique du festival, Marcel Jean, en recevant ces personnages sur scène, avant que les créatures ne laissent place à leurs (nouveaux) créateurs. « On a cherché à revenir aux fondamentaux d’une série qu’on a tellement aimée étant gosses, raconte Peter Browngardt. En essayant de capter et de transmettre à nos dessins animés la même énergie que celle qui animait le génial Tex Avery. »

Et la colonne vertébrale d’Elmer se brisa en deux

« Il fallait rendre les histoires et les péripéties familières et fraîches à la fois », rigole le réalisateur Alex Kirwan qui n’a pas hésité à faire craquer, puis briser en deux la colonne vertébrale du pauvre chasseur Elmer… « Je n’en reviens toujours pas du nombre d’animateurs de talents qui ont postulé pour participer au projet, précise-t-il. Tous rêvaient depuis qu’ils font ce métier d’animer un jour un Looney Tunes. » Et il est vrai que ces Looney Tunes new-look ressemblent à s’y méprendre à ceux des années 1930 et 40, à ceci près que les années ont passé et que le public, même enfantin, a muri. Bugs Bunny, par exemple, peut se laisser aller à écouter de la techno dans son bain.

Actuellement, plus de vingt courts-métrages de la série sont déjà terminés. « That’s all folks ! »… pour l’instant. Car au total, la nouvelle série Looney Tunes Cartoons en comptera plus de deux cents dont la durée oscillera entre une et six minutes. Si les festivaliers chanceux d’Annecy ont pu admirer les premiers en avant-première, les amateurs vont devoir s’armer de patience pour les voir diffusés ! Mais vu le succès attendu, nul doute que les chaînes de télé du monde entier vont se les arracher.