«L'Autre continent»: Le coma au cinéma, ce n'est pas forcément ce qu'on croit

LOVE STORY Déborah François incarne une jeune femme confrontée au coma de celui qu’elle aime dans « L’Autre continent » en salle le 5 juin

Caroline Vié

— 

Deborah François et Paul Hamy dans «L'Autre continent» de Romain Cogitore
Deborah François et Paul Hamy dans «L'Autre continent» de Romain Cogitore — Sophie Dulac distribution
  • La vie d’un couple bascule quand le jeune homme tombe dans le coma.
  • Les efforts de sa belle pour le réveiller dans « L’Autre continent » font penser à ce qu’on voit dans d’autres longs-métrages.
  • Cela n’empêche pas le film de Romain Cogitore d’être aussi original que bouleversant.

L’amour fou est le thème central de L'Autre continent. Celui qui unit Maria ( Déborah François) et Olivier ( Paul Hamy) et qui survit à la maladie et au coma alors que les deux trentenaires envisagent un avenir radieux à deux.

« Le titre du film fait référence à Taïwan où ils se rencontrent mais aussi à l’univers hostile de la maladie qu’ils vont devoir affronter », explique le réalisateur Romain Cogitore à 20 Minutes. Leur voyage bascule dans le drame quand le jeune se découvre atteint d’un cancer et tombe raide devant sa belle. Et le réalisateur de de Nos Résistances d’emmener le spectateur dans un univers très personnel et qui, pourtant, rappelle d’autres films évoquant le coma.

C’est arrivé près de chez lui

Romain Cogitore s’est inspiré de la véritable aventure d’une jeune femme de sa connaissance pour écrire son film. « J’ai mis un moment à comprendre que l’homme dont elle me parlait était toujours vivant, raconte-t-il à 20 Minutes. Elle l’évoquait comme un souvenir douloureux qu’on associe souvent à la mort. » Sinistre? Non, car le cinéaste prend bien soin d'éviter tout effet mélodramatique.

Elle parle avec lui

« Ils sont à l’âge des projets et tout s’écroule soudainement », explique Déborah François qui apporte une énergie communicative à son personnage d’amoureuse déterminée à sauver l’homme de sa vie. Impossible de ne pas penser à Parle avec elle devant cette situation aussi tragique que romantique. Comme les personnages du film de Pedro Almodóvar , l’héroïne refuse l’idée que son amant puisse ne pas se réveiller.

« Pour le sortir du coma, Maria raconte des choses à Olivier, insiste Déborah François. Elle en appelle à sa force de vie et à leurs souvenirs communs défiant les médecins et leurs pronostics pessimistes ». Comme dans Le Tigre et la Neige de Roberto Benigni, les récits qu’elle partage avec lui sont parfois incongrus comme lorsqu’elle l’invite à revenir à lui, ne serait-ce que pour voter contre l’extrême droite !

Le beau au bois dormant

L’Autre continent n’a rien d’un conte de fées, ce qui ne l’empêche pas d’émouvoir en décryptant les rapports du couple. Contrairement à La Belle au Bois dormant, il ne suffit pas d’un baiser de la princesse charmante pour tirer le garçon du coma. « Le film est ancré dans le réel, insiste Romain Cogitiore. Dans la vraie vie, on ne se réveille pas frais et dispos d’un coma. Ce qui m’intéressait, c'était aussi ce qui se passe après. » Et c’est cette approche originale qui rend son film unique.

Quand Déborah François faisait ses débuts chez les Frères Dardenne