Festival de Cannes: «Palme d'or méritée», «poignant et saisissant»... «Parasite», le film primé vu par les Cannois

CRITIQUES Plus de 6.000 Cannois ont pu voir le long-métrage coréen, sacré par le jury du 72e Festival de Cannes, en avant-première dimanche

Fabien Binacchi

— 

Trois projections ont été organisées avec la célèbre montée des marches
Trois projections ont été organisées avec la célèbre montée des marches — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • La mairie de Cannes a invité plus de 6.000 résidents à découvrir le film qui a obtenu la Palme d'or en avant-première.
  • Trois projections ont été organisées dimanche.

Marcel et Brigitte n’ont pas pu aller jusqu’au bout. 20 Minutes a retrouvé ces deux retraités cannois à la sortie de l’auditorium Lumière quelques minutes avant la fin de l’une des trois projections de Parasite (le film primé samedi soir au 72e Festival de Cannes), réservées dimanche aux résidents de la ville.

« L’histoire fonctionne bien, c’est très bien joué, mais un peu étouffant. Une scène un peu trop sanglante nous a poussés à sortir », lâche madame, tout de même conquise par ce qu’elle a vu. Le générique se lance et la grande salle du palais se vide en entier.

La question des inégalités

« Cette Palme d’or est justifiée », tranche un spectateur pressé. Ses accompagnants acquiescent. Le film coréen de Bong Joon-ho, comédie grinçante, ne semble en tout cas laisser personne indifférent. Ce thriller sur fond de lutte des classes, qui évoque aussi la misère et le système D que développent des oubliés de la société, « est en plein dans l’actualité », analyse de son côté Olivia.

« Il parle des inégalités et du manque de partage. C’est fort, c’est poignant et saisissant. On est pris d’un bout à l’autre », poursuit la jeune femme, qui souligne aussi « l’esthétique très réussie de l’image ». Un peu plus loin, Franck et Audrey abondent. « Le film mérite une palme sans aucun problème. C’est sombre, très sombre, mais le tableau que le réalisateur dépeint est réaliste », expliquent ces chanceux Cannois.

Comme chaque année, la mairie mettait à la disposition de ses administrés (sur le principe du premier arrivé, premier servi) 6.000 invitations pour ces avant-premières. Ailleurs en France, il faudra attendre le 5 juin pour découvrir Parasite. Mais il sera aussi à l’affiche dans quelques cinémas de l’Hexagone dès mardi.