La Croisette s’amuse: Zahia Dehar primée, Roschdy Zem lumineux, Robin Renucci éloquent

FESTIVAL DE CANNES On vous refait le film de ce qu’il ne fallait pas rater sur la Croisette ce jeudi 23 mai

S.L. et C.V.

— 

Zahia Dehar avec l'équipe du film Une fille facile sur les marches au Festival de Cannes
Zahia Dehar avec l'équipe du film Une fille facile sur les marches au Festival de Cannes — MediaPunch/REX/SIPA
  • Le prix SACD du long-métrage francophone, décerné à la Quinzaine des réalisateurs, a récompensé « Une Fille facile » de Rebecca Zlotowski. L’ancienne escort girl Zahia Dehar a été félicitée par le jury pour son interprétation.
  • Roschdy Zem illumine « Roubaix, une lumière » d’Arnaud Desplechin en commissaire pétri d’humanité.
  • Robin Renucci écoute les films pour décerner le prix de la meilleure création sonore.

De nos envoyés spéciaux à Cannes, Stéphane Leblanc et Caroline Vié

Qui est à Cannes, sous un ciel très variable, ce jeudi 23 mai ? Xavier Dolan et ses amis, Arnaud Desplechin et ses comédiens Roshdy Zem, Léa Seydoux et Sara Forestier, mais aussi Abdellatif Kechiche et Marco Bellocchio…

Le palmarès du jour : La Quinzaine des réalisateurs célèbre Zahia Dehar

Le prix SACD du long-métrage francophone, décerné à la Quinzaine des réalisateurs, a récompensé Une Fille facile de Rebecca Zlotowski dans lequel figure, notamment, l’ancienne escort girl Zahia Dehar. C’est elle, d’ailleurs, que le jury a voulu féliciter en remettant ce prix : « Une Fille facile nous a troublé, il y a eu des tensions, mais nous avons voulu récompenser à travers ce film le personnage de Zahia Dehar, figure suggérée d’escort girl lectrice de Duras qui emporte le récit vers un conte moral moderne, jeune femme incarnant avec son personnage "l’insoutenable légèreté de la femme", avec, à fleur de peau, une étrange innocence lui permettant d’échapper aux humiliations de la domination masculine, et nous laissant finalement à son égard, un sentiment d’infinie tendresse. »

Le prix du Label Europa Cinémas du long-métrage européen a été décerné de son côté à Alice et le maire de Nicolas Pariser, une comédie avec Fabrice Luchini, Anaïs Demoustiers et Nora Hamzaoui. « Un film maîtrisé, intellectuellement stimulant, sans jamais être prétentieux », a affirmé le jury.

L’image du jour : Roschdy Zem dans Roubaix, une lumière

Arnaud Desplechin s’essaye au polar avec Roubaix, une lumière. Le cinéaste est retourné dans sa ville natale pour filmer l’enquête que mène un commissaire (Roschdy Zem) sur le meurtre d’une vieille dame. Sara Forestier et Léa Seydoux surprennent dans ce polar inspiré d’un documentaire. « J’ai fait en sorte que le personnage incarné par Roschdy Zem rende les gens qu’il rencontre plus humains », a précisé le réalisateur en conférence de presse. Humains et très bons. Dirigé comme il ne l’a jamais été, l’acteur éclaire le film de sa prestation. Ses partenaires féminines également.

L’interview du jour : celle de Robin Renucci

Le comédien, connu pour son rôle de maire dans la série Un village français, prend très au sérieux son rôle de président du jury de la meilleure création sonore. Robin Renucci estime que le son doit compléter l’image dans un film réussi. « Il ne s’agit pas seulement de la musique mais de l’univers sonore dans son intégralité », a-t-il expliqué à 20 Minutes​. Il a aussi affirmé son désir de sélectionner un film singulier mettant l’accent sur l’art.