«Les plus belles années d'une vie»: Pourquoi «Un homme et une femme» gagnent à se retrouver 53 ans après

SAGA «Un homme et une femme», cinquante trois ans après: présenté hors compétition au Festival de Cannes, le nouveau film de Claude Lelouch sort en salle ce mercredi 22 mai

Stéphane Leblanc
— 
Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée dans Les plus belles années d'une vie
Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée dans Les plus belles années d'une vie — METROPOLITAN FILMEXPORT
  • Claude Lelouch réunit son couple mythique d'« Un homme et une femme », cinquante-trois ans après leur rencontre.
  • Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée retrouvent également leurs rôles.
  • Anne et Jean-Louis, leurs personnages, ont bien vieilli, mais leur histoire tient encore la route, même en 2CV…

La saga Star Wars peut aller se rhabiller. L’histoire d’amour imaginée par Claude Lelouch pour Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée dure depuis… cinquante-trois ans ! En 1966, Un homme et une femme recevait la Palme d’or au Festival de Cannes en 1966, avant de devenir l’un des films français les plus populaires à travers le monde. En 2019, le réalisateur et ses acteurs se retrouvent en haut des marches à Cannes.

Cinquante-trois ans après, le réalisateur, aujourd’hui âgé de 81 ans invente, pour la seconde fois de sa carrière, une suite à sa mythique histoire d’amour. Après Un homme et une femme, 20 ans déjà, en 1986, voici Les Plus belles années d’une vie. Et malgré le grand âge des personnages, ça fonctionne encore ! 20 Minutes vous dit pourquoi.

Les retrouvailles d’un duo mythique

Il y a trois ans, le Festival de Cannes réunissait la fine équipe pour fêter les 50 ans de la Palme d’or d’Un homme et une femme. « La complicité renouvelée entre Anouk et Jean-Louis m’a frappée et je me suis dit qu’il fallait la filmer », avoue Claude Lelouch, qui n’avait plus qu’une idée en tête : les réunir à l’écran une dernière fois. Le vieil homme qui souffre désormais de troubles de la mémoire et son amoureuse d’autrefois qui referait irruption dans sa vie pour se rappeler à ses bons souvenirs… Ensemble, ils vont s’échapper, le temps d’une journée, direction Deauville en 2CV… Calogero a remplacé le parolier Pierre Barouh, décédé en décembre 2016 et Nicole Croisille a repris sa place derrière le micro. Même les enfants du premier film, désormais quinquagénaires, sont de la partie…

L’existence du film tient du miracle

Le compositeur Francis Lay est décédé en novembre 2018, mais la musique des Plus belles années d’une vie était prête. Et heureusement, les comédiens vont bien. Anouk Aimée ne fait pas du tout ses 87 ans. Jean-Louis Trintignant, en revanche, accuse ses 88 ans. Souffrant d’un cancer, il avait annoncé qu’ il ne tournerait plus… avant de faire cet ultime cadeau à Claude Lelouch pour qui ce film « tient du miracle ». « Et c’est difficile d’expliquer les miracles, souligne-t-il. La Palme d’or pour Un homme et une femme en était un : le temps d’une projection, on était passé de l’ombre à la lumière, prêts à faire le tour du monde avec ce film. » En 53 ans, les images et l’air « chabada-bada » du film ont eu le temps de se graver dans l’inconscient collectif. « Avoir pu continuer la même histoire, 53 ans après, avec les mêmes personnages et les mêmes acteurs est un autre miracle, estime Claude Lelouch. Le hasard a toujours eu beaucoup de talent dans ma vie. »

L’enthousiasme d’un octogénaire adolescent

Il n’empêche qu’il fallait faire vite. Le tournage n’a duré que dix jours. Et tous les flash-back sont composés d’extraits d’Un homme et une femme. Ou de quelques courts-métrages comme le mythique Un rendez-vous : une traversée de Paris à vive allure, très tôt le matin, « une séquence dont je suis très fier et dont j’ai un peu honte, car j’ai brûlé 18 feux rouges pour la tourner », raconte le cinéaste qui avoue sans se faire prier : « Je suis un galopin, je suis un petit voyou. Si je n’avais pas été un petit voyou, je n’aurais pas fait les cinquante films que j’ai faits, en totale liberté. » C’est cette liberté et l’émotion qu’elle suscite, que les festivaliers ont célébré à Cannes en lançant en cœur un chabada-bada d’anthologie à l’issue de la projection du film. Et c’est toute l’équipe, réunie là une dernière fois, qui a fondu d’émotion.