Les immanquables du Festival de Cannes: Selena Gomez attaque, John Carpenter se fait peur et «Les Misérables» détonne

FESTIVAL On vous refait le film de ce qu’il ne fallait pas rater sur la croisette ce mercredi 15 mai

Stéphane Leblanc

— 

John Carpenter sur la plage à Cannes
John Carpenter sur la plage à Cannes — CAROLINE VIE / 20 MINUTES

De notre envoyé spécial à Cannes, Stéphane Leblanc

La Croisette s’est réveillée sous des trombes d’eau mais le temps s’est rapidement mis au beau. Mais le Festival de Cannes nous réservait d'autres jolies surprises…

L’image du jour, c’est John Carpenter qui a peur

Le réalisateur John Carpenter, qui recevait ce mercredi le Carrosse d’or de la Quinzaine des réalisateurs, a avoué à 20 Minutes avoir peur... de Donald Trump ! « Car lui est bien réel ! », a-t-il ajouté. C’est toujours rassurant de se dire qu’un réalisateur de film d’horreur est capable de frissonner, en vrai. Pour le reste, force est de constater que le maître de l’horreur n’a pas peur ni de la foule, ni de la mer, ni du sable, ni des oursins quand il pose (tout habillé) sur la plage devant des hordes de photographes médusés.

La phrase du jour : « Les réseaux sociaux sont épouvantables pour ma génération »

Ce constat, c’est Selena Gomez qui l’a formulé lors de la conférence de presse de The Dead don't die. Et la jeune starlette aux 150 millions de fans d’approuver le réalisateur  Jim Jarmusch de s’en prendre, dans son film, « à l’exposition des garçons et des filles à toute sorte de mauvaises informations ». Il est vrai qu’il est amusant, dans le film, de voir des hordes de zombies s’exposer à la lumière de leur écran de mobile pour s’éclairer dans la nuit.

La projection du jour: « Les Misérables » en compétition

« Moi, je suis comme Miss France, je veux la paix dans le monde », lance un des flics de la Bac aux « cailleras » qu’il côtoie quotidiennement. Jusqu’au jour où une interpellation tourne mal… Le premier film français en compétition a fait l’effet d’une bombe sur la Croisette. « Cela fait vingt ans qu’on est "gilets jaunes" et qu’on s’en prend pleine la gueule, a confié Ladj Ly à 20 Minutes. Mon film, c’est un cri d’alerte. J’aimerais que le président le voie, si ça pouvait lui faire prendre conscience des réalités de ce pays… » Souhaitons-lui un prix et que son vœu soit exaucé.

Des événements à suivre dans la soirée ? La montée des marches du deuxième film en compétition ce mercredi : Bacurau, western moderne des Brésiliens Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles. Et la soirée de la Quinzaine des réalisateurs sur la plage. Rassurons tout de suite John Carpenter : Donald Trump n’est pas invité.