«Tous les dieux du ciel»: Enfin un film d'horreur français sexy et dérangeant à la fois

CHOC « 20 minutes » explique ce qui fascine et terrifie tellement dans « Tous les dieux du ciel », en salle le 15 mai

Caroline Vié
«Tous les dieux du ciel» de Quarxx
«Tous les dieux du ciel» de Quarxx — To Be Continued
  • « Tous les dieux du ciel » décortique les rapports entre un trentenaire reclus et sa sœur lourdement handicapée.
  • Le réalisateur y trouve un ton très personnel pour mêler érotisme et horreur.
  • Il y révèle Melanie Gaydos, une comédienne au physique hors du commun.

Attention Tous les dieux du ciel de Quarxx fait partie de ces films dont on sort fortement secoué ! Les rapports entre un trentenaire quasiment reclus et sa sœur lourdement handicapée donnent l’une des œuvres les plus dérangeantes sorties depuis un bon moment.

Déclinant en long son court-métrage largement primé Un ciel bleu presque parfait, le réalisateur envoûte avec ce conte macabre dont l’idée lui est venue dans une morgue. « J’y ai vu le cadavre d’une femme que son frère avait gardé avec lui pendant des années parce qu’il refusait de s’en séparer, dit-il dans le dossier de presse. Ça a été le déclic. » 20 Minutes explique pourquoi ce film perturbant ne ressemble à aucun autre.

Une actrice hors du commun

Elle s’appelle Melanie Gaydos et ce mannequin au physique atypique, fascine dès qu’elle apparaît à l’image. Atteinte de dysplasie ectodermique, une maladie génétique, depuis son enfance, cette jeune femme de 28 printemps fait montre d’une telle présence qu’elle n’a pas besoin de parler pour qu’on ne puisse la quitter des yeux. Dans le rôle de la sœur infirme, elle se révèle inoubliable. La scène de sexe de son personnage avec un amant appointé hante durablement sans pour autant être vulgaire.

Aux frontières du fantastique

Le frère (joué par Jean-Luc Couchard tantôt attendrissant ou inquiétant) bascule dans un mysticisme maladif qui imprègne le récit dans son entier. Les forces étranges auxquelles il fait appel n’existent-elles que dans sa tête ou viendront-elles l’aider ? La réponse est l’un des enjeux majeurs d’une intrigue envoûtante. Quarxx parvient à entretenir l’ambiguïté jusqu’à un finale ahurissant dans un couvent.

Des bonnes influences

Dans le dossier de presse, le réalisateur se réclame, entre autres, de Gaspar Noé,  Gregg Araki, Roman Polanski ou David Lynch. Il tire le meilleur parti de sa cinéphilie pour trouver un ton qui lui est propre. Erotisme et angoisse font bon ménage dans Tous les dieux du ciel, excellente surprise prouvant, après Grave et Aux yeux des vivants que les Français peuvent avoir légitimement leur place dans le domaine du cinéma d’horreur.